vendredi 17 novembre 2017

"Le club #1 : Flirt" de Lauren Rowe


Qu'est-ce que le Club ? C'est une agence très sélecte et secrète qui permet à certains et certaines de faire des rencontres particulières, mais inoubliables. C'est ce qui attire Jonas Faraday, qui souhaite le rejoindre afin de pouvoir encore plus multiplier les aventures d'un soir. Sa lettre de candidature va le refléter particulièrement bien, il n'omettra aucun de ses talents sexuels, mais sa chargée d'admission n'en sera guère impressionnée... Entre Jonas et sa "jolie chargée d'admission, le jeu commence, et l'homme de plus en plus troublé n'a plus qu'une idée en tête : trouver de qui il s'agit.

Autant l'avouer, avant de lire le titre de ce roman, je ne connaissais absolument pas la saga Le Club ni l'auteure Lauren Rowe. La découverte a été totale, une découverte terriblement addictive et sexy si vous voulez tout savoir...

C'est un vrai jeu de séduction qui va suivre cet échange de mails entre Sarah, la fameuse chargée d'admission, et Jonas. Il faut dire que Sarah n'aura pas lésiné sur ses mots, même si elle doit tout de même avouer être assez intriguée et attirée par ce bel homme. Jonas, en véritable joueur et séducteur, n'aura donc plus qu'une idée en tête : découvrir de qui il s'agit. Un véritable jeu du chat et de la souris, avant une rencontre explosive... pour une histoire torride entre eux.

Deux personnages forts, deux personnalités qui n'en démordent pas, vous pouvez donc imaginer que tout cela risque de faire des étincelles. Dès le début, j'ai apprécié Sarah, sa hardiesse à lui répondre, son attirance qu'elle tentait de refouler et sa détermination à vouloir tout savoir. En revanche pour Jonas, cela a pris un peu plus de temps, prétentieux et s'autoproclamant presque "dieu du sexe" on a plus de mal à l'apprécier et cela se fera au fil des pages.

"Merci, ma belle Sarah. Sarah. Sarah. Sarah. Sarah." Je souris jusqu'aux oreilles. J'ai l'impression d'avoir dix ans. Je suis peut-être même en train de rougir. "S'il te plait, Sarah. Laisse-moi te voir. S'il te plait. S'il te plait. S'il te plait. S'il te plait. Dis-moi où tu es."

Habituellement, je l'ai déjà souligné, je ne suis pas forcément adepte de ce genre de livre où certains passages sont disons terriblement érotiques... mais là, là j'ai été happée par cette histoire ! Cette attirance presque magnétique entre nos deux personnages, cette histoire aux multiples rebondissements qui ne nous a laissé aucun répit, cette originalité aussi dans l'intrigue, les scènes de sexe qui sont brutes, mais sensuelles et emplies de désir, tout m'a plu, tout m'a entraîné à dévorer ce roman.

La narration se fait à deux voix, celles de Sarah et Jonas. Cela donne encore plus d'intensité à l'histoire, on sait réellement ce que chacun d'entre eux attend et on se plaît à être comme un spectateur de ce qui naît entre eux. On ne se lasse pas de leur jeu de séduction, de leur phase où ils s'apprivoisent mutuellement et surtout, on en veut plus ! On en veut plus après cette fin qui nous surprend, nous saisit et nous fait presque un peu détester Lauren Rowe !

Lauren Rowe tout au fil des pages a une écriture brute, soutenue, teintée d'humour et de sensualité. Avec ce premier tome du Club elle pose les fondations d'une série qui s'annonce encore plus prometteuse pour la suite, elle réussit à nous happer dans son histoire, à offrir des scènes d'amour et/ou de sexe qu'on lit avec passion et à faire en sorte qu'on referme Flirt avec presque regret.

Alors oui vous l'avez compris j'ai adoré Le Club #1 Flirt ce qui m'a même étonné un peu moi-même. Les personnages sont finalement très charismatiques, je n'ai pas ressenti cette impression de "déjà lu" et surtout Lauren Rowe a toujours réussi à insuffler un certain souffle dans son histoire pour que jamais je ne me lasse. Une seule chose maintenant à ajouter : je veux lire la suite rapidement !!

- "De toutes les victoires, la première et la plus belle est celle qu'on remporte sur soi-même."

Le Club #1 Flirt de Lauren Rowe est disponible dans la Collection &moi poche.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
jeu
séduction
sexe
passion
intrigue.

mercredi 15 novembre 2017

"Avec elle" / "Sans elle" de Solène Bakowski et Amélie Antoine


C'est un projet des plus original que j'ai découvert un jour dans ma boite mails. Amélie Antoine et Solène Bakoswki qui se lançaient dans une aventure commune. Le principe est simple, un même point de départ, les mêmes personnages, mais deux histoires prenant des directions différentes. Il n'en fallait pas plus pour que je sois intriguée, d'autant plus qu'il s'agissait de deux auteurs que j'apprécie beaucoup.

________________

Sans elle d'Amélie Antoine :
Il était une fois une famille heureuse et unie.
Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau..
Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient.
Jusqu’à un soir de feu d’artifice où l’une d’elle se volatilise brutalement.

Il était une fois deux fillettes inséparables.
Jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une.
Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

Avec elle de Solène Bakowski :
Il était une fois une famille heureuse et unie.
Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau.
Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient.
Avant de se jalouser et s’empoisonner.

Il était une fois deux fillettes inséparables.
Pour le meilleur, ou pour le pire ?
Il était une fois une histoire qui n'a rien d'un conte de fées.

________________

Avec elle de Solène Bakowski, c'est l'histoire de Coline et Jessica, des jumelles fusionnelles. Elles s'adorent et partagent tout, mais petit à petit à mesure qu'elles grandissent leur relation change. Solène met l'accent sur cette relation, sur la relation familiale avec leurs parents, sur leur réaction face à leur divorce et surtout sur ce fossé qui se creuse petit à petit. Au fil des pages, on sent une certaine tension se créer entre Coline et Jessica, on comprend que le lien s'effrite au fur et à mesure du temps qui passe, et chacune des jeunes filles le ressent également, mais d'une manière bien différente.

Solène Bakowski, comme à chaque fois, offre des personnages dont toute leur psychologie semble être mise à nue face au lecteur. Au fil des chapitres, ils nous semblent être disséqués, leurs sentiments, leurs émotions, leurs réactions même, tout nous est livré sans filtre. J'ai retrouvé, comme dans Un sac ou Une bonne intention, cette impression de mal qui s'insinue à mesure que l'histoire avance, cette intrigue qui ne se dévoile jamais trop, mais dont la noirceur rôde dans chacune des pages.

Avec Avec elle, l'auteure met en avant les relations entre jumelles au fil des années, comment garder ce lien particulier tout en s'affirmant chacune ou encore ce sentiment de compétition qui naît et s'accroît à mesure qu'elles grandissent. Nous sommes pris dans l'histoire, attachés à Coline et Jessica et nous partageons leurs souffrances.

On retrouve l'écriture vive, brute, incisive de Solène Bakowski dans Avec elle. On a l'impression que tout est calculé, que chaque détail compte jusqu'à une fin qui fait froid dans le dos. On ne ressort pas indemne de cette lecture, et c'est tant mieux !

"Sous couvert de bonnes intentions, certaines personnes ne savent prendre que de mauvaises décisions."
________________


Sans elle d'Amélie Antoine, c'est l'histoire de Coline et Jessica des jumelles fusionnelles qui forment une famille unie et heureuse avec leurs parents. Jusqu'à ce fameux soir du 14 juillet, ce fameux soir où Jessica disparaît. Dès lors, plus rien ne sera comme avant, Coline n'aura plus sa moitié et la famille se demandera toujours ce qui s'est passé ce jour-là.

Ici avec Sans elle, c'est l'histoire d'une disparition, d'une terrible séparation même pour ces jumelles. L'histoire de quelques minutes qui font basculer un quotidien heureux dans l'horreur, l'histoire de questions qui resteront sans réponse. La disparition de Jessica est une ombre qui planera toujours sur cette famille, mais surtout sur Coline. Coline qui se retrouve être la "survivante", sur qui maintenant tout repose, mais qui ne sait plus tellement où elle en est et qui elle est au fil des années face à la douleur notamment de sa mère. Les reproches, les accusations, la culpabilité marqueront dorénavant la vie de tous.

Amélie Antoine livre aussi un roman sombre, très sombre où la noirceur s'intensifie au fil des chapitres. Son écriture est toujours aussi vive et acérée. L'auteure réussie à entraîner le lecteur dans un véritable tourbillon d'émotions, des émotions terriblement fortes qui nous perturbent presque.

Nous sommes véritablement happés par ce livre, Sans elle ne nous laisse aucun répit et le suspens atteint son paroxysme à la fin de celui-ci. La fin d'ailleurs, cette fin glaçante, qui une nouvelle fois comme pour Fidèle au poste, j'étais loin d'imaginer et qui m'a presque laissé bouche bée.

"En un claquement de doigts, tout peut chavirer, irréversiblement ? En un claquement de doigts, tout peut chavirer, irréversiblement."

________________

Un projet original, je disais donc plus haut ? Alors oui, mais aussi et surtout un pari totalement réussi ! Avec elle et Sans elle sont deux romans bien distincts, deux romans qu'on peut lire indépendamment de l'autre, et deux romans aux histoires parfaitement maîtrisées. Chacun de ces livres happe le lecteur dans son intrigue, dans son histoire et par aussi le fait que leurs auteures, Solène Bakowski et Amélie Antoine, savent aussi parfaitement bien malmener le lecteur pendant sa lecture.

N'hésitez pas une seule seconde à découvrir ce projet et surtout à vous plonger dans Sans elle d'Amélie Antoine et Avec elle de Solène Bakowski. Ces deux histoires ne vous laisseront pas de marbre et vous n'en ressortirez pas totalement indemnes, croyez-moi...

"Lorsque tout bascule, dans la vie, n'est-ce pas à chaque fois intimement lié à un petit détail qui aurait pu être différent, un détail insignifiant qui aurait pu changer toute la donne sans que jamais on ne puisse s'en douter ?"

Livres disponibles en auto-édition, Sans elle d'Amélie Antoine est disponible en cliquant par ici et Avec elle de Solène Bakowski est disponible en cliquant par là !

Merci à Solène & Amélie.

5 mots en bref pour décrire ces livres et ce projet :
originalité
suspens
famille
intrigue
force.

mardi 14 novembre 2017

"Un merci de trop" de Carène Ponte


À presque 30 ans, Juliette est toujours aussi sage et obéissante qu'à son enfance. Elle dit oui à tout, s'efface derrière les autres jusqu'à en devenir transparente, vit une vie monotone où les remous et l'imprévu n'ont pas vraiment leur place. Mais un jour Juliette dit ce fameux merci de trop, un merci après une énième humiliation professionnelle, un merci qui l'amène à brusquement démissionner. Parce qu'avec ce fameux merci, Juliette a enfin ouvert les yeux et s'apprête à enfin vivre comme elle le souhaite vraiment. Enfin, c'était sans savoir tous les désordres et imprévus qui l'attendaient finalement et ça ce n'était pas vraiment prévu...

Il y a quelques mois j'avais un énorme coup de cœur pour Tu as promis que tu vivrais pour moi le dernier roman de Carène Ponte. Depuis, je me disais qu'il fallait absolument que je lise également Un merci de trop et c'est maintenant chose faite.

Juliette est donc notre héroïne ! Cette jeune femme de 30 ans, autant le dire, s'est toujours laissée marcher sur les pieds pour être la petite fille modèle durant toute son enfance et devenir aujourd'hui une sage employée. Juliette se lance alors dans le projet de sa vie, celui qu'elle a toujours eu, écrire un livre, mais forcément tout ne va pas se passer comme prévu sinon se serait trop beau pour être vrai n'est ce pas ? Juliette se lance alors dans le projet de sa vie, celui qu'elle a toujours eu, écrire un livre, mais forcément tout ne va pas se passer comme prévu sinon se serait trop beau pour être vrai n'est ce pas ?

"A presque trente ans ma vie se résumait à… On va dire à pas grand-chose. C’est le mot !Un rêve enfoui. Une personnalité inaudible. Des « merci » et « Excuse-moi » en veux-tu en voilà. Des pantalons noirs et pulls gris. Des pantalons gris et pulls noirs. Pour varier un peu. Des queues de cheval. Et juste un peu de gloss les soirs de repas de famille.J’entends souvent dire qu’il n’est jamais trop tard. Que l’on peut toujours devenir celle que l’on est vraiment. Que l’on peut toujours se mettre de nouveau à croire en ses rêves."

Quand j'ouvre ce genre de roman c'est dans l'optique de passer un bon moment, d'être quelques heures dans une bulle de fraîcheur, de bonne humeur et de bonheur et avec Un merci de trop le pari est réussi ! Avec les premières pages nous faisons donc connaissance avec cette chère Juliette, et au fil de la lecture, on s'attache à elle. Il faut dire que les péripéties et imprévus, plus ou moins gros, se succèdent pour notre plus grand plaisir.

Un merci de trop s'est l'histoire d'une jeune femme qui prend enfin sa vie en main, c'est une histoire d'amitié, une histoire d'amour et des rencontres qui bouleversent une vie. Ce roman, c'est un moment de délice, un moment qui nous fait rire et sourire beaucoup et nous touche même un peu. C'est aussi une histoire teintée d'humour et qui aborde avec légèreté et pourtant avec justesse bon nombre de thèmes comme l'avenir, la réalisation de ses rêves, mais aussi la maternité et une certaine forme d'émancipation.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Carène Ponte. Son écriture douce, juste, teintée d'humour, mais aussi de beaucoup de sensibilité. J'ai plongé dans ce livre en gardant perpétuellement un sourire aux lèvres et je ne l'ai reposé qu'une fois terminé. Avec Un merci de trop, on a envie comme Juliette de lâcher et abandonner tout ce qui fait que nous ne nous réalisons pas comme nous le souhaitons, tout ce qui freine nos ambitions et de se réaliser complètement. Alors oui, il y a des obstacles, des accidents de parcours, mais pour un avenir meilleur.

"On dit qu'il n'est jamais trop tard. que l'on peut toujours devenir celle que l'on est réellement . Que l'on peut croire de nouveau en ses rêves . Et si c'était vrai ? Hein, Marc Levy?"

Je ne peux que vous conseiller de découvrir les romans de Carène Ponte. C'est une auteure qui sait me transporter dans ses écrits, qui me touche et me fait sourire et rire à chaque fois et c'est quelque chose que j'apprécie tout particulièrement. Lire un de ses romans, c'est s'offrir pour quelques heures une véritable bulle de fraîcheur, une lecture qui fait du bien et donne le sourire et dont tout le monde a besoin à un moment ou un autre...

"Cette envie de bien faire, de ne pas décevoir. Au risque de s’oublier, voire de se perdre."

Un merci de trop de Carène Ponte est disponible aux Éditions Pocket.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
nouveau départ
imprévus
amitié
amour
avenir.

lundi 13 novembre 2017

"Fidèle au poste" d'Amélie Antoine


Alors que Chloé et Gabriel forment un couple parfait, tout bascule lorsque Chloé disparaît brutalement. Gabriel est dévasté, son quotidien devient difficile et il a du mal à se remettre de cette perte. Lorsqu'il rencontre Emma, peu à peu, il semble reprendre goût à la vie et cela lui permet de tourner la page. Mais, alors que tout semblait aller pour le mieux, un événement fait de nouveau tout basculé et la réalité n'est pas celle qu'on croyait...

Souvenez-vous, j'avais découvert Amélie Antoine avec son roman Quand on n'a que l'humour, c'était par ici cliquez. Dans un tout autre registre, après avoir vu des avis dithyrambiques sur Fidèle au poste et d'autres moins enjoués, je me suis alors plongée dans celui-ci pour découvrir une autre facette de cette auteure.

Il y a donc Gabriel, ce jeune homme dévasté après la mort de celle qu'il aimait plus que tout, Chloé. Gabriel qui a du mal à s'en remettre, à profiter de nouveau de la vie et qui semble retrouver espoir en rencontrant Emma. C'est un nouveau quotidien pour le jeune homme, une nouvelle histoire qui s'offre à lui, bien que Chloé semble toujours terriblement présente.

C'est un roman à trois voix Fidèle au poste, principalement du point de vue de Gabriel, mais aussi d'Emma et surtout, plus intriguant, de Chloé. Chloé ? Pourtant, celle-ci est décédée, alors rapidement, on se pose bon nombre de questions, ne comprenant pas vraiment quel est ce point de vue en particulier, alors pourquoi et comment cela est-ce possible ? Au fil des pages, le suspens gagne en intensité, on se doute que quelque chose de trame, que quelque chose va se produire, mais quoi ? On se le demande perpétuellement.

Et puis vient le moment où tout bascule, où la vérité éclate, où toute l'histoire prend un autre tournant et clairement, on ne l'avait pas vu venir ! Qui pouvait se douter de cela ? En tout cas moi, j'affirme clairement que non. C'est un rebondissement digne de ce nom, qui redistribue les cartes et qui offre une nouvelle intrigue encore plus prenante. Non, je ne vous en dirais pas plus, c'est à vous de le découvrir sinon où est le plaisir dans tout cela ? Et c'est sans compter aussi cette fin, cette fin qui, elle non plus on ne voit pas venir et qui nous laisse presque bouche bée. En fait, Amélie Antoine semble se jouer de nous du début à la fin !

Amélie Antoine avec Fidèle au poste offre un livre au suspens intriguant, au suspens qui ne fait qu'enfler au fil des pages et qui nous réserve des rebondissements particulièrement marquants. L'auteure a une écriture maîtrisée, juste, acérée même qui ne laisse pas le lecteur de marbre. Ses personnages sont aboutis, son histoire l'est tout autant et on a presque l'impression d'être berné quand on découvre la vérité, pour notre plus grand plaisir.

Fidèle au poste est un livre que j'ai lu rapidement et qui a su m'entraîner là où je ne l'avais imaginé. Thriller psychologique, j'aime ce genre de roman qui se joue de moi, qui m'amène à une issue presque déconcertante, mais que j'apprécie grandement. J'ai découvert un autre aspect de l'écriture d'Amélie Antoine avec celui-ci, et j'en ai été autant conquise alors je ne peux que vous conseiller de découvrir rapidement cette auteure si ce n'est pas encore le cas...

Fidèle au poste d'Amélie Antoine est disponible aux Éditions Le Livre de Poche.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
perte
deuil
soutien
quotidien
retournement de situation.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?



Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Sauver sa peau de Lisa Gardner

Je suis en train de lire
Si tu me le demandais d'Emily Blaine

Je lirai ensuite
Les trémolos de l'amour de Mokhtar Chaoui.

mardi 7 novembre 2017

Dans ma bibliothèque il y a... Harry Potter


C'est un nouveau rendez-vous que je vous propose sur le blog ! L'occasion de voir un peu ce qu'il y a... dans ma bibliothèque ! Je vais profiter de cela pour vous montrer quelques livres qu'elle contient (pas tous sinon on va y passer du temps) et des livres que je souhaite mettre en avant. Des livres que j'ai peut-être déjà chroniqué, ou pas, des livres récents ou qui ont déjà quelques années, des livres traînés ici ou là et qui peuvent renfermer quelques anecdotes. Bref, de temps en temps, on va aller faire un tour dans ma bibliothèque, alors ça vous dit ?

Pour ce tout premier rendez-vous, j'ai envie de dire que c'est presque un classique et je ne pouvais pas ne pas commencer par... Harry Potter !

Ils sont là !

Ahhh Harry Potter, ce petit sorcier à lunettes qui a débarqué un beau jour entre mes mains et qui ne les a plus jamais quitté. Harry Potter, c'est un livre que mes parents m'ont offert un jour après en avoir entendu parler maints et maintes fois à la télévision, à l'époque le deuxième tome Harry Potter et la Chambre des Secrets venait de sortir. Et je suis tombée dans le phénomène magique, je n'ai pas échappé à la magie de l'histoire de JK Rowling et c'est tant mieux !

J'ai eu la chance de vivre l'attente fébrile entre les livres, de courir le jour J acheter le petit nouveau et de le dévorer en quelques heures, regrettant de l'avoir lu aussi vite et de devoir attendre si longtemps la suite. 

Je sais que depuis il y a de multiples rééditions qui sont sorties, parfois des éditions des plus alléchantes, mais moi, je garde mes vieux bouquins. Cette première édition qui n'est pas forcément la plus belle, mais qui l'est pour moi ! Ils ont du vécu, pendant de longues années, je les ressortais chaque été pour les dévorer avec toujours autant de plaisir et surtout, ils ont leur place attitrée dans ma bibliothèque que personne ne touche. J'achèterais un jour une nouvelle édition, mais cette fois-ci, ce ne sera pas pour moi parce que j'espère secrètement que mon filleul s'attachera aussi à Harry...

Oui il est tout moche et abîmé, mais je l'aime ^^

Si je devais n'en choisir qu'un parmi ces sept livres ? Bon, déjà, je ne pourrais pas en choisir qu'un, mon cœur balance entre Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et Harry Potter et l'Ordre du Phénix. Mais on va pas se mentir, on répond plus facilement tous parce qu'ils ont tous leurs petites particularités qui font qu'on les apprécie tous autant :)

Chut, mais je ne l'ai encore jamais lu...

J'ai aussi bien entendu Harry Potter et l'enfant maudit, mais j'avoue, je ne l'ai pas encore lu. Je sais, c'est une honte, qu'on me mette aux piloris !! Je l'ai acheté, comme tous les précédents, le premier jour de sa sortie sans plus attendre. Mais j'ai un peu de mal à passer à "l'après Poudlard Harry Potter" et je ne suis pas encore prête à le lire. Je le lirais un jour forcément, mais quand l'envie sera vraiment plus forte pour l'apprécier comme il se doit. Je n'aime pas lire un livre pour dire de le lire, et ça vaut aussi pour Harry Potter.


Et puis il y a aussi ce livre sur La Magie des films. Vous l'avez compris, je ne suis pas du genre à collectionner les multiples éditions ou ouvrages qui ont fleurit sur l'univers de Harry Potter, mais ce livre qui m'avait été offert, je le trouve juste magnifique. Tout y est abordé, les films, les acteurs, les décors, les costumes, bref tout ce qui a trait aux films de près ou de loin. Un ouvrage complet avec des parties détachables, des feuillets qui se détachent comme le programme de la Coupe du monde de Quiddich, la fameuse lettre d'admission à Poudlard et j'en passe. Lui aussi à sa place attitrée dans ma bibliothèque ;)

Bref, vous l'avez compris la saga Harry Potter a une place bien particulière dans ma bibliothèque et n'y bougera pas, sauf pour être relu pour la 128e fois ?! 

J'espère que cet article un peu plus original vous a plu, 
et je vous emmènerais de nouveau prochainement dans ma bibliothèque 
qui contient bien des livres plus différents les uns des autres...

lundi 6 novembre 2017

"Mon amie Adèle" de Sarah Pinborough


Un soir Louise embrasse un homme dans un bar, un homme rencontré là-bas et elle se laisse aller avec lui. Cet homme, elle découvrira alors que c'est son nouveau patron, David. Ils ne peuvent empêcher cette attirance qu'il y a entre eux malgré que David soit marié. La femme de David d'ailleurs, Adèle, fait elle tout pour devenir amie avec Louise... Louise est alors au centre de leur couple, jongle entre les secrets de l'un et de l'autre et commence aussi à se poser quelques questions...

Comment passer à côté de ce livre ? Vous même d'ailleurs vous avez dû le voir passer bon nombre de fois avec ce fameux #findedingue qui l'accompagnait. Et c'est justement à cause de cela que je me suis plongée dans Mon amie Adèle de Sarah Pinborough pour voir vraiment ce qui se cachait derrière cette mystérieuse #findedingue dont tout le monde parlait.

Trois personnages donc, Louise, David son patron et Adèle la femme de celui-ci. On est loin du trio amoureux, non, leur relation est bien plus complexe. Après une soirée où ils ne se connaissaient pas encore, Louise découvre que David est son nouveau patron et que celui-ci l'attire toujours autant, entre eux une relation débute, une relation charnelle dont ils ne peuvent se passer. Et à côté de cela, un jour Louise tombe sur Adèle, Adèle qui veut devenir son amie, sa confidente et entre les deux femmes une amitié naît. Louise est au cœur de tout cela, au cœur de leur couple, jongle entre les deux sans que l'autre soit au courant de quoi que cela et finit par être aussi au cœur de leurs secrets, leurs sombres secrets même qui existe entre David et Adèle...

"Tout le monde a ses secrets Lou. Tout le monde devrait avoir le droit de garder ses secrets. On ne peut pas tout connaître d'une personne. Ce serait de la folie d'essayer."

Autant le dire de suite, Mon amie Adèle est une histoire bien particulière, originale, qui ne ressemble à aucune autre. Une histoire de relations secrètes, de liens qui se tissent entre ces personnages. Au fil des pages, tout comme Louise nous comprenons que quelque chose se cache derrière tout cela, nous comprenons rapidement que quelque chose de malveillant flotte au-dessous de ce trio et nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Louise est presque sous l'emprise de David et Adèle. De David, car elle est amoureuse d'elle, ne peut se détacher de lui et espère toujours plus de leur relation. D'Adèle, car elle a réussi à lui trouver une méthode particulière pour combattre ses insomnies et, car les deux femmes semblent avoir autant besoin l'une de l'autre.

"Des questions encore et toujours. Depuis qu'Adèle et David sont entrés dans ma vie, j'en suis encerclée. Elles ont remplacé les tentacules de mes anciens rêves. Elles s'accrochent à moi et, chaque fois que je crois m'en débarrasser, elles reviennent s'enrouler dans ma tête pour m'entraîner vers le fond."

Mon amie Adèle est un incroyable thriller psychologique. Plus les chapitres avancent plus le doute s'installe dans l'esprit du lecteur, lui faisant poser mille et une question et n'imaginant pas une seule fois où tout cela va le mener. Au fil des pages, c'est une véritable manipulation qui se met en place, mais qui manipule qui ? On doute de cela, constamment ! Les personnages sont brillamment exploités, ils ont chacun leur caractère et leurs secrets qui se mêlent et s'entremêlent. On se méfie de David, puis d'Adèle, avant de reprendre position sur notre première idée et on a presque envie de crier à Louise de fuir loin d'eux pour se protéger.

"Je comprends si peu de ces deux personnes qui sont devenues si importantes dans ma vie que ce regard sur leur passé m'est devenu essentiel. Et puis si ça ne la dérange pas, il n'y a pas de mal, non ?"

Et puis cette fin alors ? Cette fin qualifiée de #findedingue quand est il ? Et bien, c'est vraiment une fin de dingue ! Qui peut s'attendre à cela, franchement qui ? Je me le demande. Les dernières pages m'ont saisi, ébahis même et j'en suis restée bouche bée. C'est ça qui fait aussi un si bon roman, c'est quand le final est à la hauteur, et même plus, de l'intrigue qui s'est jouée au fil des pages, quand on reste pantois en lisant les dernières lignes et qu'on a presque envie de dire "mais c'est quoi ce truc de fou ??!!".

Vous l'avez déjà sans doute compris, mais Sarah Pinborough offre ici un thriller psychologique digne de ce nom ! Mon amie Adèle est un livre dont on ne ressort pas indemne, un livre qu'on dévore, qui nous malmène, nous fait douter de tout et nous donnerait presque des suées froides. L'écriture de l'auteure est parfaitement maîtrisée et juste pour cette histoire des plus sombre. Entre l'histoire de nos trois personnages, et ce mystère autour du sommeil qui gagne en intensité, l'intrigue ne cesse de s'intensifier pour notre plus grand plaisir jusqu'aux derniers mots.

Alors un conseil ? Lisez sans plus tarder Mon amie Adèle de Sarah Pinborough ! Ce thriller psychologique vous entraînera dans une histoire qui ne vous laissera aucun répit avant une véritable #findedingue digne de ce nom, croyez-moi...

Mon amie Adèle de Sarah Pinborough est disponible aux Éditions Préludes.

Merci à NetGalley & Préludes.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
rencontres
secrets
passé
sommeil
suspens.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?



Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Quand on rencontre l'amour de Marie Force

Je suis en train de lire
Coup de foudre et quiproquos de Tamara Balliana

Je lirai ensuite
Pas un mot de Brad Parks.

dimanche 5 novembre 2017

Bilan livresque #10 : octobre 2017


Une nouvelle fois, un mois est déjà terminé sans que je n'aie vu celui-ci passé et octobre est donc déjà derrière nous.

Pour octobre, je l'avoue de suite, une petite baisse de régime s'est fait sentir. Moins d'envie, un déplacement imprévu qui m'a donc pris du temps sur mes lectures, et puis l'automne qui prenait de plus en plus ses quartiers m'a véritablement donné un gros coup de mou. Pourtant, je vous assure que j'ai lu beaucoup de très très bons livres et heureusement d'ailleurs !

Résultat d'octobre : 16 livres lus ! Tout de même, vous penserez sans doute, oui ça fait déjà un sacré chiffre et un paquet de pages avalées.

Retour sur les livres lus :

  • Le club #1 Flirt de Lauren Rowe
  • Le joueur de billes de Cecelia Ahern **
  • Esclave de sang de Tasha Lann
  • La Clé d'Oriane de Leslie Héliade **
  • Je suis ici pour vaincre la nuit de Marie Charrel **
  • Faits l'un pour l'autre de Terri Osburn **
  • Le langage des fleurs d'Erika Boyer **
  • Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant **
  • La malédiction de la zone de confort de Marianne Lévy **
  • Linea Nigra de Sophie Adriansen **
  • En plein ciel de Kodi Scheer
  • The Decaying Empire de Laura Thalassa
  • La (toute) dernière fois de Laure Manel **
  • Avec elle de Solène Bakoswki
  • Sans elle d'Amélie Antoine
  • Le goût de la haine de Valéry Bonneau
Cliquez sur ** pour accéder aux chroniques

Pour les coups de cœur, oui les parce qu'il y en avait plusieurs, ce sont ces titres que je retiendrais : Le joueur de billes de Cecelia Ahern, Je suis ici pour vaincre la nuit de Marie Charrel, La malédiction de la zone de confort de Marianne Levy, Linea Nigra de Sophie Adriansen et La (toute) dernière fois de Laure Manel. La plupart étaient des auteurs que je n'avais jamais lu et wahou, que des livres qui m'ont passionné, transporté, et même émus pour beaucoup d'entre eux. De très très bons livres et moments de lecture.

Mais à retenir aussi Avec elle de Solène Bakowski, Sans elle d'Amélie Antoine, Le langage des fleurs d'Erika Boyer ou encore The Decaying Empire de Laura Thalassa et Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant. J'ai l'impression de presque tous les citer en fait, mais quand je vous dis qu'octobre a été un excellent moi de lecture, c'est vraiment le cas !

En revanche, il y a forcément toujours une exception à la règle, Le goût de la haine de Valéry Bonneau et En plein ciel de Kodi Scheer n'ont pas vraiment réussi à me convaincre, et j'ai parfois même un peu ronchonné à les terminer pour vous dire...

Je souhaite que le mois de novembre soit aussi riche en bons moments, en lectures qui me font vibrer, rire, pleurer et qui surtout me transportent au-delà de ce que j'espérais en les ouvrant. D'ailleurs, je vous souhaite cela aussi pour ce nouveau mois... 

vendredi 3 novembre 2017

"Les fauves" d'Ingrid Desjours


Haiko qui est à la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'Etat Islamique, est aujourd'hui la cible d'une fatwa et sa tête est mise à prix. Lorsque sa meilleure amie est assassinée, la menace devient encore plus grande et sa mère décide alors de la protéger par le biais de Lars, garde du corps. Lars est un ancien militaire, qui a un passé plutôt lourd d'ailleurs, mais qui se dévoue rapidement totalement à sa mission. Seulement, le doute s'installe dans son esprit quant à la vérité sur les activités de Haiko et rapidement entre Lars et Haiko une fascination, mais aussi une paranoïa s'installent entre eux...

Cela faisait un moment que ma sœur m'avait prêté ce roman d'Ingrid Desjours, une auteure dont je n'avais lu jusqu'à aujourd'hui qu'un seul titre. C'était donc l'occasion de lire enfin Les fauves et de lui rendre aussi à l'occasion... 

Dès les premières pages, la tension est installée, on comprend quelle sera l'atmosphère de ce roman et le ton est donné. On plonge donc directement dans une intrigue trépidante, une intrigue qui n'aura de cesse de s'accroître au fil des pages et qui ne laissera presque pas de répit au lecteur. Cette fatwa contre Haiko nous fait trembler, Lars nous fait lui aussi trembler et l'atmosphère du roman devient de plus en plus lourde à mesure que nous le lisons.

Les fauves est un thriller palpitant, mais aussi et surtout terriblement inquiétant. Le sujet est toujours malheureusement d'actualité, l'Etat Islamique qui recrute des jeunes pour les rejoindre, les ONG qui se battent contre cela, les menaces qui pèsent sur la tête de certaines personnes. Impossible de ne pas penser au monde actuel, à tout ce dont cela fait écho et c'est d'ailleurs ça que j'ai adoré dans ce livre. L'histoire est profonde, puissante et bien que fiction nous paraît presque trop réelle. 

Les personnages de Haiko et Lars sont saisissants et complexes. On sent qu'ils cachent tous les deux bien des choses, on sait que leur passé n'est pas tout rose et chacun à leur façon nous laisse perplexe plus d'une fois et nous rend méfiant. On les découvre de plus en plus au fil des pages, Lars devient tantôt très inquiétant, tantôt très attachant et on jongle entre vouloir protéger Haiko et vouloir nous aussi découvrir la vérité.

Ingrid Desjours, offre avec Les Fauves un roman maîtrisé du début à la fin. L'écriture de l'auteure est juste, toute en finesse et offre une intrigue psychologique saisissante. Vous n'êtes pas au bout de vos surprises avec ce roman, et ce thriller vous fera aussi froid dans le dos plus d'une fois, mais c'est ce qu'on aime avec ce genre de livre non ? 

Les Fauves a été une belle découverte, comme dit plus haut le sujet abordé est ce que j'ai particulièrement aimé dans celui-ci. En revanche, je l'avoue, il me manquait un petit quelque chose pour que ce soit presque un coup de cœur, difficile de vous préciser quoi au juste, mais il me restait quand même un petit goût de manque en refermant celui-ci.

"C'est bien d'avoir peur [...] La peur maintient en vie. C'est une compagne cruelle, qui ne vous laisse jamais en paix, mais c'est aussi une amie. Comme la douleur, elle vous informe de ce qui cloche. Elle vous permet d'y remédier..."

N'hésitez pas à découvrir Les Fauves d'Ingrid Desjours disponible aux Éditions Pocket.

mercredi 1 novembre 2017

"Légende d'un dormeur éveillé" de Gaëlle Nohant


Résumé :
Robert Desnos a vécu mille vies – écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure –, sans jamais se départir de sa soif de liberté. Pour raconter l’histoire extraordinaire de ce dormeur éveillé, Gaëlle Nohant épouse ses pas ; comme si elle avait écouté les battements de son cœur, s’était assise aux terrasses des cafés en compagnie d’Éluard ou de García Lorca, avait tressailli aux anathèmes d’André Breton, fumé l’opium avec Yvonne George, et dansé sur des rythmes endiablés au Bal Blomet aux côtés de Kiki et de Jean-Louis Barrault. S’identifiant à Youki, son grand amour, la romancière accompagne Desnos jusqu’au bout de la nuit.

C'est dans le cadre de ma participation aux Matchs de la Rentrée Littéraire, ou encore #MRL2017, organisés par Priceminister que j'ai pu découvrir Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant.

J'avais choisi ce livre après en avoir lu énormément de bien sur les réseaux sociaux et je me suis dit que j'avais là l'occasion de le découvrir, de faire confiance à tout ce que j'ai pu lire à son sujet et à me laisser porter par ce roman. C'est ainsi que j'ai rencontré Robert Desnos...

J'ai rencontré Robert Desnos,
Celui qui se cachait derrière cette Légende d'un dormeur éveillé
Celui qui semble avoir envoûté Gaëlle Nohant le temps d'un roman
Celui qui a vécu mille vies, mille vies qui nous sont contées dans ces pages.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Un personnage qui ne ressemble à aucun autre
Que dis-je un illustre personnage plutôt qui fut poète il y a de cela longtemps
Un poète, chroniqueur radio, mais aussi et surtout résistant qui n'avait peur de rien.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Et tout ses amis, cet entourage fort qui le portait et le galvanisait
Ses habitudes, ses combats, ses idées qu'il défendait corps et âme
Et son amour pour Youki qui n'a jamais faiblit.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Plongeant totalement dans ces décennies passées
Dans le Paris d'avant, cette frénésie qui l'habitait
Battant le pavé à ses côtés et m'attablant aux terrasses des cafés.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Je ne le connaissais pas
Je l'ai accompagné, aimé, porté jusqu'aux dernières pages
Dernières pages que j'ai également partagées avec Youki.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Et dans cette dernière partie, celle qui m'a plus que touché
Je ne faisais plus qu'une avec Youki, avec l'espoir qui m'habitait
Avant cette fin tant redoutée.

J'ai rencontré Robert Desnos,
À travers ces pages et son histoire que Gaëlle Nohant a su faire revivre
À travers ses mots, sa plume qui nous enivrent
Pour une lecture riche et dense durant des heures de plaisir.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Dans ce livre qui est une très belle découverte
Dans ces pages qui ont su me transporter durant son temps
Dans ces mots qui m'ont presque révélé des secrets.

J'ai rencontré Robert Desnos,
Et j'ai bien fait d'écouter ce que les autres en disaient...

mardi 31 octobre 2017

"La Clé d'Oriane" de Leslie Héliade


Après une rupture soudaine, Oriane passionnée de jeux vidéo, se réfugie encore un peu plus dans cet univers. Mais alors qu'elle passe de nombreuses heures à jouer en ligne, soudain l'un des héros sort littéralement de l'écran. Le virtuel se mêle au réel, Oriane se retrouve alors face à une histoire qui semble des plus improbables et qui va bouleverser bien des choses.

C'est son résumé et ce petit côté original qui a fait que j'ai bien voulu me lancer dans la lecture de La Clé d'Oriane de Leslie Héliade.

Nous rencontrons donc Oriane, une jeune femme qui se réfugie dans ses jeux vidéo en ligne pour faire face à une rupture. Elle y passe énormément de temps, peut-être trop quand elle découvre soudainement un de ses héros virtuels, Serrure, en plein milieu de sa chambre. Hallucination ? Folie ? On se pose autant de questions que la jeune femme et nous sommes bien loin de la vérité...

"Elle retira son casque et cligna des yeux plusieurs fois pour reprendre contact avec la réalité. Au moment où elle se retourna, elle poussa un hurlement et retomba d’effroi sur sa chaise, une main sur sa poitrine. 
— Serrure ! 
Sur le pas de la porte, debout, les bras croisés, dans une posture nonchalante d’adolescent rebelle, la tête penchée sur le côté et un sourire en coin, le personnage avec lequel elle jouait quelques jours plus tôt s’était matérialisé et la regardait d’un air sûr de lui."

C'est bel et bien une histoire des plus originale que nous propose Leslie Héliade avec La Clé d'Oriane ! Le virtuel qui se mêle au réel, le fantastique qui débarque dans le quotidien et surtout une histoire qui n'a pas fini de nous surprendre. Derrière ce roman, se cache une véritable intrigue qui gagne en intensité au fil des pages, qui se révèle plus complexe qu'il n'y parait et notre héroïne essaie de démêler tout cela. C'est une véritable aventure dans laquelle nous plongeons de pages en pages et on est loin d'imaginer jusqu'où tout cela va nous mener en ouvrant ce livre. 

On se laisse entraîner dans cette histoire, voulant découvrir ce qui se cache derrière cette mystérieuse apparition de Serrure, voulant découvrir surtout si cela est vrai ou non ! Parce que forcément, nous doutons, forcément on se demande si tout ne vient pas de l'esprit d'Oriane et forcément nous essayons de trouver une raison logique à tout cela. En vain ? 

Avec La Clé d'Oriane, Leslie Héliade réussi à offrir au lecteur une histoire qui ne le laisse pas de marbre. L'auteure réussit à livrer une histoire aboutie, son écriture simple et les nombreuses pointes d'humour font qu'on ne s'ennuie pas et c'est un roman qui se lit alors rapidement. Même si certaines situations nous paraissent un peu "grosses" ou "grotesques" (entrer dans un service de réanimation à quatre pattes à deux reprises notamment) on se prend tout de même au jeu.

Laissez vous donc tenter par La Clé d'Oriane, par ce roman original qui plaira aux jeunes et aux moins jeunes et qui vous offrira quelques surprises au fil des pages. 

"Lorsqu’on s’immerge en réalité virtuelle, on perd pied avec la réalité."

La Clé d'Oriane de Leslie Héliade est disponible en auto-édition par ici !

Merci à SimplementPro et Leslie Héliade.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
originalité
virtuel
humour
rencontre
fantastique.

"La malédiction de la zone de confort" de Marianne Levy


Rose est une jeune actrice qui décroche enfin un premier grand rôle dans une série télé très attendue. Elle a presque tout pour être heureuse, une meilleure amie toujours prête à la soutenir, un fiancé imaginaire datant d'il y a quelques siècles prêt à tout pour elle, mais elle n'a plus ce fameux recueil de poésie médiévale qui lui manque tant. Ben lui est auteur et scénariste de polars en manque d'idées, dont le quotidien est plutôt monotone et terne. Il n'est pas vraiment très heureux autant le dire, sa seule petite distraction sont les mails d'une dingue hystérique lui réclamant un bouquin de poésie médiévale...

Marianne Levy est une auteure que je suis depuis un long moment déjà sur les réseaux sociaux et que j'avais déjà lue dans le cadre de la "Team Romcom". Depuis quelques mois, je suivais avec attention la préparation de son premier roman édité, cette comédie romantique dont elle parlait tant et qui, je l'avoue, me plaisait déjà. Quand Marianne m'a proposé de lire La malédiction de la zone de confort, vous vous doutez donc que cela a été un grand oui et toutes mes attentes ont en plus été comblées.

Il y a donc Rose et Ben. Deux personnages bien différents, deux personnes qui ne semblent rien avoir en commun si ce n'est la poésie médiévale, et qui n'auraient jamais dû se croiser. Mais le destin en a décidé autrement... Rose et Ben vont se rencontrer, et là, c'est parti pour une histoire passionnante et addictive. Une histoire qui réserve bien des surprises, qui nous happe véritablement et dont on n'a pas envie de sortir.

Avec des personnages aussi attachants que hauts en couleur, La malédiction de la zone de confort a tout de la comédie romantique idéale. Ses personnages donc déjà, Rose et Ben ont chacun leur propre personnalité, leur propre histoire et leurs propres petites manies bizarres (Ben ne se nourrit que de "cassoulet gastronomique en boite" ce n'est pas un peu bizarre ça ?), les personnages secondaires sont tous aussi importants comme Guillaume ! Ah... Guillaume, rien que pour lui presque vous devriez lire ce roman, je ne vous en dirais pas plus pour vous laisser la totale suprise, mais franchement, il vaut le détour, je vous assure.

"- Vous vous souvenez, Guillaume, je vous l'ai dit, je travaille. 
- Comment pourrais-je l'oublier, vous n'êtes comme aucune autre ! 
- Eh bien, pour mon travail, je suis obligée d'aller dîner. 
- Dîner ? Qu'est-ce ? 
- Souper, si vous préférez. Avec… un autre. 
- Comment ? hurla-t-il, furax. Bourreau ! Que l'on prépare un gibet ! 
- Calmez-vous. Il ne s'agit que d'un manant qui ne vous arrive pas à la cuirasse et passe sa vie à se regarder dans le miroir. 
- Il va souper avec vous alors qu'il ne prend pas la plume, ne chevauche pas la lande à cru à la recherche de l'inspiration et des mots qui lui permettront de conquérir les dames ? "

L'histoire d'amour derrière tout ça n'est pas toute tracée, elle nous réserve son lot de surprises même si on croise les doigts pour que tout finisse bien. L'amour comme une effluve se distille au fil des pages et enveloppe nos deux personnages principaux. Mais aussi qui dit comédie romantique dit une pointe d'humour et ici quel humour ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas littéralement éclaté de rire plus d'une fois à la lecture d'un roman, mais entre certaines situations ou répliques, je n'ai pas pu me retenir.

"Hein qu'il sent bon la crème pour les fesses de bébé sauf qu'il sait faire pleins de trucs réservés aux adultes avec ses fesses à lui."

Marianne Levy tout au long de son roman réussit à allier douceur et humour, tendresse et piquant avec une écriture fraîche, maîtrisée et dont on ne se lasse pas. Avec La malédiction de la zone de confort, l'auteure offre une comédie romantique comme on en lit rarement. C'est une ode à ce genre, que ce soit le genre littéraire ou cinématographique, une déclaration d'amour à ses rencontres improbables qui finissent toujours bien et à ses histoires d'amour qui paraissent impossibles, mais dont on aimerait être l'héroïne...

La malédiction de la zone de confort, comme vous l'avez sûrement compris, est un véritable coup de cœur pour moi ! Une fois plongée dans ce roman, il m'a été difficile de le reposer. Je me suis tellement attachée à Rose et Ben qui sont presque devenus des amies, j'ai tellement aimé passer ces quelques heures à leur côté que j'ai refermé ce livre à regret même s'il m'a laissé un sourire béat sur le visage. Oh et j'ai oublié de dire, il y a aussi quelques gourmandises parmi ces pages...

En refermant ce livre, c'est simple ! On sourit, on sort d'une bulle de bonheur et de bonne humeur qui nuis suit toute la journée, on rit encore de tous ces passages qui nous ont parfois fait rire aux éclats et puis surtout, on se dit, et moi alors, quand tomberais-je aussi amoureuse ? Je vous conseille vivement de lire rapidement La malédiction de la zone de confort, alors ne passez vraiment pas à côté de ce roman de Marianne Levy qui a absolument tout pour plaire !

La malédiction de la zone de confort de Marianne Levy est disponible aux Éditions Pygmalion.

Un grand merci ma chère Marianne.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
comédie
romance
humour
amitié
délice.

lundi 30 octobre 2017

"Linea Nigra" de Sophie Adriansen


Stéphanie est enceinte. Confiante dans cette nouvelle aventure, son chemin semble tout tracé avant que le doute s'installe, que les nombreuses questions viennent bouleverser cette si belle confiance. Les questions sur son corps, sur le tournant que va prendre sa vie ou encore sur son couple. Nous accompagnons Stéphanie dans sa maternité, dans cette étape de sa vie, et à travers elle c'est un peu de toutes les femmes que nous retrouvons.

J'avais gagné ce roman lors d'un concours organisé par Fleuve Éditions. Oh joie, depuis le temps que je voulais découvrir Sophie Adriansen ! En ouvrant Linea Nigra, je savais que cette lecture ne me laisserait pas insensible, mais pas à ce point...

"A la maternité, on ne délivre aucun diplôme. Chaque femme fait de son mieux."

Linea Nigra, c'est donc l'histoire de Stéphanie, Stéphanie qui est enceinte et s'apprête donc à devenir maman. Mais ce n'est pas seulement ça, ce n'est pas seulement lire simplement son histoire, c'est accompagner véritablement celle-ci durant plusieurs mois, c'est prendre conscience de certains aspects de la maternité, de l'influence que peuvent avoir ceux qui nous entourent. C'est l'histoire d'amour de Stéphanie et Luc, d'Ulysse aussi, c'est une multitude de personnages que nous rencontrons au fil des pages, mais aussi une multitude de documents qui viennent ponctuer ça et là certains passages.

"J'ignorais la beauté. J'ignorais la pureté. Je n'en connaissais rien, tu les incarnes toutes deux, tu évinces la laideur, l'usure et même le gris, tu fais disparaître tout ce qui n'est pas toi."

On sait, que nous soyons maman ou pas, que la grossesse est une étape décisive dans la vie d'une femme qui s'apprête à devenir mère, ici, c'est magnifiquement mis en lumière. Rien n'est oublié, les questionnements, les étapes au fil des mois, les réactions de l'entourage et des amis, la rencontre tant attendue avec son enfant. Tout est à sa place, sans fioritures, mais criant de vérités. À travers les chapitres et leur diversité, on passe de l'histoire "maintenant" de Stéphanie à des extraits de livres, de documents, en passant par Luc, la mère de Stéphanie ou encore la remarque d'une amie, ce livre se dévore !

Sophie Adriansen a une écriture simple, pas simple dans le sens qui n'est pas recherchée, mais simple dans le sens où elle pose les mots justes sans chercher à en faire trop pour chaque événement, chaque moment de ce roman tout en y apportant un côté poétique. Linea Nigra est d'une incroyable justesse, dans les émotions qu'il véhicule ou encore dans les événements relatés du début à la fin. L'auteure ne cherche pas à donner de leçons, mais plutôt à offrir d'autres perspectives sur la grossesse, sur la maternité, sur le droit de chacune à devenir mère sans avoir une façon imposée. Stéphanie est attachante, nous partageons presque véritablement ces quelques mois avec elle entre sourires et larmes à travers Linea Nigra.

"Je suis une plage qui attend la prochaine vague, avant d'être mère je suis la mer qui avance et recule, je suis à moi seule le roulis, je suis la houle, je suis les eaux et je suis les flots sur lesquels un bateau gouverné par un matelot prénommé Ulysse s'apprête à terminer son beau voyage. L'odyssée de la vie."

Je ne suis pas maman, je ne sais pas si je le serais un jour, mais si c'était le cas, je sais que je ressortirais Linea Nigra à cette occasion. Ce livre, toutes les femmes devraient le lire, TOUTES ! C'est un formidable roman sur la femme, sur la maternité, sur le corps de la femme. Personnellement, j'y ai appris beaucoup de choses, la maternité ne se résume pas à ce schéma préétabli que nous pensons connaître, non loin de là, et les questions qu'on se pose n'ont pas les mêmes réponses pour toutes selon les envies de chacune.

Après ce tel coup de cœur, je me suis d'ailleurs empressée de me procurer le précédent roman de Sophie Adriansen, Le syndrome de la vitre étoilée, que je compte lire rapidement. Alors un conseil, vous aussi découvrez cette auteure sans plus tarder.

Et une dernière chose, merci Sophie Adriansen d'avoir écrit ce livre.

Linea Nigra de Sophie Adriansen est disponible chez Fleuve Éditions.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
femme
grossesse
réflexion
amour
libertés.


C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Avec elle de Solène Bakowski

Je suis en train de lire
Sans elle d'Amélie Antoine

Je lirai ensuite
Le goût de la haine de Valéry Bonneau.

dimanche 29 octobre 2017

"La (toute) dernière fois..." de Laure Manel


On parle souvent des premières fois. La première fois que nous sommes tomber amoureux, la première fois que nous avons pris l'avion, la première fois que nous avons échangé un baiser ou encore mangé avec des baguettes. Mais qu'en est-il de nos dernières fois ? Ces dernières fois qui peuvent parfois être tout aussi intenses que les premières, qui peuvent marquer toute une vie ? C'est sur ça que s'est arrêté Laure Manel à travers son recueil de nouvelles.

J'avais découvert Laure Manel avec son roman La délicatesse du homard, et depuis quelque temps je surveillais avec attention tous les petits indices qu'elle pouvait distiller à propos de La (toute) dernière fois.. Lorsqu'elle l'a proposé à la lecture, je n'ai pas hésité une seconde à lui répondre et j'ai donc eu la chance de pouvoir le lire.

La (toute) dernière fois est donc un recueil de nouvelles, de soixante nouvelles, je n'en ai lu "que" cinquante pour ma part alors il m'en restera dix à découvrir ! Elles sont toutes consacrées à une dernière fois. La dernière fois qu'il est allé à la mer, qu'il a vu ses amis, qu'il a senti sa présence, qu'elle a eu peur ou encore qu'elle a vu ses petits-enfants pour ne pas toutes les citer.

"Elle repense à cette dernière fois, et elle a peur, si peur, qu'il n'y ait plus aucune autre fois."

Je dois avouer qu'habituellement, je ne suis pas une grande fan de nouvelles, me sentant souvent frustrée et voulant en savoir plus par exemple. Ici, je n'ai pas ressenti cela, parce que chacune était bien définie.

À travers La (toute) dernière fois... ce sont des scènes de vie. Des scènes donc qui signent le dernier acte de quelque chose. Certaines sont plutôt banales, d'autres plus rares ou "définitives". On alterne dans les genres, on alterne dans les protagonistes, nous allons aussi bien y trouver des enfants, des hommes, des femmes, des célibataires, des mariés, on y retrouve des scènes du quotidien, des scènes familiales, d'amour ou encore d'amitié. De multiples émotions seront aussi au rendez-vous, on sourit bien des fois, mais on est aussi particulièrement bouleversé par une scène, par une nouvelle, par cette nouvelle la trentième...

"Elle pleurait, il a compris. Il n'a pas mieux trouvé les mots. Il n'y avait pas ceux qu'il aurait voulus dans le dictionnaire. Il a raccroché, il s'est laissé tomber au sol. Depuis, il se souvient de tout, mais bizarrement il lui reste surtout le souvenir de leur dernière soirée. Leur dernier moment ensemble. Leurs rires insouciants, leurs rêves d'avenir assez flous. Il n'y a que lui qui en aura un, et il a encore du mal à y croire."

Laure Manel offre avec son recueil de nouvelles La (toute) dernière fois..., tout un panel d'émotions, de sentiments et de scènes. Chacune touchera l'un d'entre nous, tandis que moi, je vais m'identifier à celle-ci, vous vous identifierez à une autre, mais forcément cela rappellera des souvenirs à chacun d'entre nous. On retrouve avec plaisir la délicatesse de sa plume, sa tendresse à parler des émotions, sa douceur à aborder des sujets tels que le deuil ou la maladie.

Vous l'avez sûrement compris, mais j'ai adoré lire La (toute) dernière fois... et je vous recommande vivement de le lire ! Vous vous reconnaîtrez à travers certaines scènes, vous ne resterez pas insensible en en lisant d'autres, et celles qui vous toucheront vous, vous paraîtront les plus belles. Tout le monde s'y retrouvera dans cette lecture, tout le monde gardera ce petit goût de nostalgie au fil des pages et tout le monde repensera également à ces dernières fois qu'on n'oublie pas...

"Tout le monde a une chanson douloureuse. Ou même plusieurs. Une chanson qu'on a aimée à deux, qui symbolise une histoire commune ou un moment intense, et dont les bienfaits nous sont arrachés quand elle se termine... Et tout ça se rappelle à nous de temps à autre. Il suffit que surgissent quelques notes et l'on est catapulté dans le passé violemment ou bien avec une douce nostalgie."

La (toute) dernière fois... de Laure Manel est disponible sur Amazon par ici.

Merci pour ta confiance Laure.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
nouvelles
vie
diversité
émotions
tendresse.

jeudi 26 octobre 2017

"Parfait pour elle" de Rose B. Vilas


Lorsque le poste à l'hôpital de Jeanne est supprimé, elle n'hésite pas bien longtemps à accepter de partir aux Etats-Unis pour être infirmière à domicile au sein d'une riche famille. Elle qui menait une vie plutôt monotone jusqu'ici, toutes ses habitudes se voient alors bousculer en arrivant dans cette famille américaine. Elle y fera notamment la rencontre de Ben, le kinésithérapeute qui a tout pour plaire, mais aussi de Josh, le fils ainé de la famille qui l'emploie, qui ne la laisse pas non plus indifférente avec son attitude des plus ambiguë...

Parfait pour elle, que se cachait donc derrière ce titre ? Ne connaissant pas Rose B. Vilas, qui signe en fait ici son premier roman, je me suis alors laissée tenter par celui-ci pour découvrir notamment une nouvelle plume.

Nous faisons la rencontre de Jeanne, cette jeune femme qui perd donc son travail et part pour les Etats-Unis. Une jeune femme simple, naturelle, qui se laisse vivre comme elle le souhaite et se laisse bien souvent portée par les événements. Les rencontres avec Ben, puis Josh, ne les laisseront pas insensibles et elle se trouvera alors tiraillé entre ces deux possibilités qui semblent s'offrir à elle.

Parfait pour elle est une romance simple, sympathique et qui se lit rapidement. C'est l'histoire d'une rencontre qui bouleverse les choses, une rencontre qui remet tout en cause et d'un choix qui devra être fait. Jeanne qui n'a jamais vraiment été un bourreau des cœurs, se voit alors confronter à un dilemme particulier avec ces deux hommes. Même si l'un est célibataire et l'autre non, on ne peut pas aller contre la volonté de son cœur, toute la question repose aussi sur cela.

Au fil des pages, on assiste à la naissance de sentiments, au questionnement qui s'intensifie et on n'aimerait pas tellement être à sa place. Le roman n'offre pas de grand suspens, mais on se laisse volontiers porté par l'histoire de notre jeune héroïne.

"C'est toute l'histoire de ma vie : jamais je n'ose lorsqu'il s'agit de sentiments, je ne prends pas de risque, je reste bien à l'abri de tout ce qui pourrait me faire souffrir."

C'est une romance tout en douceur qu'offre Rose B. Vilas avec Parfait pour elle portée par une écriture posée et légère. Les personnages sont attachants, intrigants même pour certains, et on lit finalement ce livre avec une petite pointe de plaisir. C'est une lecture sans prise de tête, qui nous fait passer un bon moment, mais qui ne nous offre hélas pas de grandes émotions avec des sentiments qui manquent peut-être un peu de profondeur.

Néanmoins, laissez vous tenter par Parfait pour elle de Rose B. Vilas si vous avez envie d'une romance détente et légère et pour aussi découvrir une nouvelle auteure qui continuera certainement à nous livrer d'autres histoires.

"J'ai appris il y a bien  longtemps, que rien ne sert de prétendre être une autre personne, car le naturel vous rattrape toujours, tôt ou tard. Le mieux est de s'accepter et au bout du compte, les gens finissent par le faire aussi. Enfin... en théorie."

Parfait pour elle de Rose B. Vilas est disponible aux Éditions Harlequin.

Merci à NetGalley et Harlequin.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
romance
nouveau départ
rencontres
choix
légèreté.

mercredi 25 octobre 2017

"Je suis ici pour vaincre la nuit" de Marie Charrel


C'est un tableau de son enfance qui lui a fait croiser la route d'Yvonne Bellot pour la première fois, et c'est ce tableau qui déclenche chez notre narratrice et auteure une soif de vérité. Yvonne Bellot, dit Yo Laur, a eu une vie riche ! Enfant douée pour la peinture dès son plus jeune âge, c'est dans cet art qu'elle s'épanouira toute sa vie, cette vie qui la mena à Paris, Alger, mais aussi Ravensbruck. Marie Charrel fait alors toute la lumière sur Yo Laur et sur ce mystère qui l'a toujours entouré.

C'est un livre que j'avais vu passer à quelques reprises sur les réseaux sociaux, ne retenant que le titre Je suis ici pour vaincre la nuit. L'occasion m'a été donnée de le lire et je me suis enfin donc intéressée à son contenu. Pour être tout à fait honnête en lisant sa quatrième de couverture, j'ai laissé échapper un petit "ah...", ce petit "ah..." qui ne laissait pas présager que finalement Marie Charrel me bouleverserait totalement à travers son livre qui est au final, je l'avoue de suite, un coup de cœur surprise pour moi !

C'est dans une véritable enquête que se lance Marie Charrel pour connaître enfin qui se cache derrière Yo Laur. Durant toute son enfance, ses questions ont été éludées, et le mystère planait autour de cette femme. Bien décidée à tout découvrir, l'auteure ne s'attendait pas à faire la connaissance d'une femme qui a profité de la vie autant qu'elle pouvait, qui a défendu ses idées et son art à travers les décennies, qui a aimé plus qu'elle ne le pensait possible son grand amour et qui a terminé sa vie dans les baraques de Ravensbruck.

"Yo Laur n'est pas une grande peintre. C'est une femme libre. Une audacieuse. Est-elle dans la transgression ? Oui. [...] Yo Laur était une pionnière. Il convient de dresser des statues aux femmes comme elle."

Les chapitres alternent entre la vie de Yo Laur qui nous est retracée et l'avancement dans cette quête que mène notre auteure. Je suis ici pour vaincre la nuit est un témoignage sur Yo Laur, mais pas que. C'est l'histoire d'une femme, d'une époque, d'un contexte social et artistique, c'est une quête de soi aussi pour Marie Charrel, celle d'en savoir plus sur ses origines et cette aïeule. 

Il m'a été impossible de reposer ce livre une fois commencé. L'écriture de Marie Charrel est tellement prenante, passionnée même qu'elle nous happe littéralement. On ressent toute l'énergie que l'auteure a mise dans cette quête, toute la passion qui l'a animé pour mener celle-ci. Yo Laur a véritablement hanté la vie de Marie Charrel, certainement qu'elle la hante encore d'ailleurs comme elle nous hante maintenant un peu. On ne peut qu'être bouleversé par la troisième partie du livre, celle où notre peintre est emmenée à Ravensbruck. Comment rester insensible ? Comment ne pas être encore et toujours horrifiée par ces conditions de vie dans ce camp ? On ne peut pas, on frissonne, on s'émeut et on s'anime d'une colère sourde... 

Comme dit plus haut, Je suis ici pour vaincre la nuit a été un vrai coup de cœur ! J'ai littéralement dévoré ce roman, me laissant entraîner par la plume de Marie Charrel par son histoire et surtout par l'histoire de Yo Laur. J'ai trouvé cette femme tout simplement incroyable, et même fascinante, par la vie qu'elle a mené, par son talent de peintre et que j'ai pleuré en lisant la fin de sa vie. 

Ce roman je ne peux que vous conseiller de le lire sans une seule hésitation ! Laissez vous transporter par cette enquête que mène Marie Charrel sur la vie d'Yvonne Bellot, vous découvrirez deux femmes, oui deux, qui ont soif de liberté...

"Il y a les livres qui sauvent et il y a ceux qui cognent. Ceux dont les mots rentrent au-dedans pour renverser l'ordre établi et modifier les configurations par défaut. Ceux qui vous poussent hors de la caverne. Grâce auxquels vous comprenez que vous n'avez rien vu. Que vos certitudes les plus ancrées reposent sur du sable. Qu'il convient de tout reprendre de zéro. C'est une joie et un vertige à la fois."

Je suis ici pour vaincre la nuit de Marie Charrel est disponible chez Fleuve Éditions.
Et si vous voulez en savoir plus sur Yo Laur et découvrir quelques unes de ses peintures, cliquez par ici.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
Histoire
passé
enquête
quête
peinture.


mardi 24 octobre 2017

"Marche avec moi" de Catherine Ryan Hyde


Lorsque leur mère meurt brutalement, pour Carly, il n'y a plus qu'une seule solution pour sa sœur, Jen, et elle : partir rejoindre Teddy un ex de leur mère. Pour les deux jeunes filles, débute alors un grand voyage, en auto-stop elles décident de traverser les Etats-Unis afin de le rejoindre en espérant que Teddy veuille bien leur pardonner le mensonge de leur mère qui avait précipité son départ. Leur voyage sera parsemé de multiples rencontres jusqu'au jour où, dans une réserve indienne, elles se font prendre à voler de la nourriture. Carly et Jen travaillent alors pour rembourser leur dette et tandis que Jen se plaît à mener cette vie-là, Carly reprend la route bien décidée à mener à terme cette mission qu'elle s'est donnée malgré tout ce qu'elle a pu entendre...

J'avais découvert Catherine Ryan Hyde il y a de cela de longs mois avec son roman Lorsque je t'ai trouvé, roman dans lequel les personnages m'avaient notamment beaucoup touché. En lisant le résumé de ce nouveau livre, Marche avec moi, je n'ai pas hésité à me plonger dedans.

Marche avec moi, c'est donc l'histoire de Carly et Jen, ces deux sœurs qui n'ont pas eu une vie facile. Alors quand leur mère décède brutalement, pour échapper aux services sociaux elles n'ont plus qu'une solution : fuir. Carly s'est mis en tête de retrouver Teddy, un de seuls amants de sa mère qui ait vraiment eu de la considération pour elles, et quand les deux jeunes filles se lancent dans ce périple, c'est un véritable tournant dans leur vie qui les attend.

"Quand on est dans le pétrin, c'est comme ça. Cela prend tout le temps qu'on avait l'habitude de consacrer à travailler, à manger et à dormir. Ça aspire toute votre vie comme un trou noir dans l'espace aspire la lumière du soleil. Et alors, là où vous aviez une vie, tout ce qu'il vous reste, c'est de vous retrouver dans ce pétrin."

Ce roman est un véritable voyage que nous entreprenons avec Carly et Jen. Aussi bien un voyage à travers les Etats-Unis avec de multiples rencontres qui vont leur apporter beaucoup, qu'un voyage initiatique qui va les faire grandir et les amener à réfléchir sur bien des choses. Le lien qui unit ses deux sœurs est incroyablement fort, elles feraient tout l'une pour l'autre, elles qui n'ont pas eu une enfance très joyeuse. Mais dans toute famille, il y a des secrets, et le secret qui existe dans celle-ci est terrible, au point que Carly ne veut pas vraiment y croire...

Dans ce livre, c'est l'innocence de deux jeunes adolescentes, c'est le courage et la détermination de deux sœurs qui veulent s'en sortir, le questionnement sur la vie qu'elles peuvent avoir, mais c'est également la force des rencontres dans cette réserve indienne qui va leur apporter plus qu'elles n'ont jamais eu. La raison de leur fuite se révèle au fil des pages, leur passé est exposé au fil des chapitres et nous comprenons alors de plus en plus ces filles auxquelles nous nous attachons fortement.

Marche avec moi est un roman fort, profond avec une histoire bien menée. Même si tout semble linéaire, l'auteure distille une certaine impression d'étouffement au fil des pages qui englobe l'histoire de Carly et Jen. Le lecteur se pose de multiples questions, ne trouve les réponses qu'au fur et à mesure et aimerait tendre la main à ces deux soeurs.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Catherine Ryan Hyde dans ce livre. L'auteure réussit une nouvelle fois à offrir une histoire plus complexe qu'il n'y parait. Marche avec moi reste un roman sobre, mais efficace avec l'histoire de deux personnages qu'on accompagne dans une phase importante de leur vie.

"C'est comme ça qu'on range quelque chose à l'abri des regards, pense-t-elle. C'est joli, c'est net. On le voit, et l'instant d'après, on ne le voit plus. Avant, elle était capable de faire ça avec tout. Mais maintenant, elle sait. Il y a des choses qu'on ne met pas au placard aussi facilement."

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde sera disponible dès le 14 novembre chez AmazonCrossing.

Merci à NetGalley et AmazonCrossing.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
fuite
espoir
rencontres
secret
réalité.