jeudi 29 juin 2017

"Des coeurs lents" de Tassadit Imache


À la mort de leur frère Tahir, François et Bianca qui s'étaient perdus de vue se retrouvent. Le frère et la soeur partagent alors quelques jours ensemble, l'occasion pour eux en retournant sur certains lieux de leur enfance, de faire remonter des souvenirs, de reparler du passé et de leur histoire familiale particulière avec le départ soudain de leur mère qui les a un jour abandonnés et laissés livré à eux-mêmes. François et Bianca sont deux cœurs lents, deux personnes qui se comprennent aussi bien qu'ils se méfient l'un de l'autre et qui n'aspirent qu'à mener leur propre vie.

C'est dans le cadre d'une Masse Critique Babelio que j'ai donc reçu ce titre et autant l'avoué de suite, je ne me souviens plus pourquoi j'avais donc sélectionné Des cœurs lents de Tassadit Imache, d'autant plus que cette lecture ne m'a pas du tout convaincue.

"Il faut reconnaître qu'ils ont presque réussi à se perdre. Le territoire originel est trop ancien, l'emplacement des trous d'eau et des sables mouvants, presque effacé. Et aujourd'hui ces retrouvailles forcées au bord d'une tombe." 

C'est donc dans un contexte particulier que François et Bianca se retrouvent, avec la mort de leur frère, ils n'ont pas vraiment le choix de se revoir. Ils se sont perdus de vue depuis un long moment, on sent qu'ils ne partagent pas grand chose entre eux si ce n'est ce passé qui leur pèse toujours autant.C'est donc dans un contexte particulier que François et Bianca se retrouvent, avec la mort de leur frère, ils n'ont pas vraiment le choix de se revoir.

Des cœurs lents, c'est une histoire de famille, de deuil et de fraternité. C'est un roman qui renferme une histoire lourde et des personnages bouleversés par la vie et par le départ soudain de leur mère dont ils ne se sont jamais remis. Roman court, je l'ai pourtant trouvé très long, très lent. Je ne me suis pas attachée aux personnages, je suis presque restée de marbre même face à leur histoire qui m'a laissé plus d'une fois perplexe. L'écriture de l'auteure est "posée", simple à lire, mais un peu terne... Je ne m'y suis vraiment pas retrouvée dans ce livre en fait, ayant même eu l'impression finalement de tourner en rond.

Mais d'ici quelques semaines, vous pourrez découvrir François et Bianca et vous faire votre propre idée sur cette histoire !

Des cœurs lents de Tassadit Imache sera disponible le 22 août aux Éditions Agone.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
deuil
fraternité
passé
famille
non dits.

mercredi 28 juin 2017

"Le dernier saut" de Jean-Louis Fiamenghi et Franck Hériot


C'est dans le cadre du "Club des Explorateurs" que j'ai pu découvrir Le dernier saut de Jean-Louis Fiamenghi et Franck Hériot et autant l'avouer, je n'avais absolument jamais entendu parler de ce titre alors la surprise était totale.

Nous sommes donc en plein coeur du RAID aux côtés de Skyfall, nom de code du patron, qui s'apprête à intervenir dans une rue de Paris là où se terrent des terroristes venant de commettre un terrible attentat. De la mise en place de l'opération à l'interpellation, nous sommes en plein coeur de l'action. Mais alors que Skyfall s'apprête à briefer ses hommes, il reçoit la photo du terroriste présumé et celle-ci lui est particulièrement familière... Ce nouvel élément va-t-il permettre de convaincre ce terroriste de se rendre ? L'influence du passé peut-elle permettre de mener à bien cette opération ?

Autant le dire de suite, Le dernier saut s'inspire de faits réels et cela se ressent dès les premières pages apportant encore plus de teneur à l'histoire que réservent ces pages. Au fil des chapitres, nous naviguons entre Paris en 2015 ou 2010, mais aussi Tunis en 1987. Nous sommes presque face à deux histoires distinctes, deux événements, mais comme vous pouvez vous en douter tout cela, finalement, finira par se croiser. Également au fil des pages, les points de vue se croisent et lorsque nous sommes face à ceux des terroristes, nous sommes presque pris d'une bouffée d'effroi d'assister ainsi à cet attentat qu'ils commettent.

Ce polar s'est l'histoire d'un acte terroriste, de l'intervention du RAID et de l'histoire personnelle aussi de Skyfall. Rien n'est oublié, mais surtout nous avons l'impression que chaque étape, chaque phase de celui-ci est totalement maîtrisée. Le dernier saut n'oublie rien, le lecteur assiste aussi bien à ce terrible attentat du côté des terroristes et leur repli ensuite, qu'à la préparation physique et mentale des membres du RAID. Tout est terriblement intense.

Malheureusement terriblement d'actualité, ce livre de Jean-Louis Fiamenghi (ex patron du RAID) et Franck Hériot va vous donner bon nombre de sueurs froides. Difficile de le lâcher après l'avoir commencé, nous voulons savoir ! C'est nerveux, vif, haletant presque et nous projetons facilement cette histoire aux derniers drames vécus. Nous sommes face à l'horreur des deux côtés, de ceux qui la commettent et de ceux qui la combattent et nous en émergeons difficilement après sa lecture.

Je ne peux que vous conseillez de lire Le dernier saut ! Ce polar des plus réalistes va vous entraîner dans une sombre histoire qui fait frémir et inquiète même un peu. Cette intrigue terriblement bien maîtrisée, nous fait plonger dans un suspens palpitant d'autant plus quand on en ressent tout le vécu qui se cache dans ces pages...

Le dernier saut de Jean-Louis Fiamenghi et Franck Hériot est disponible aux Editions Mareuil.

Un petit mot sur le "Club des Explorateurs" pour finir : le site lecteurs.com donne la possibilité à deux lecteurs (un parrain et son filleul) de découvrir un même titre afin d'en faire un article pour leur site. L'article de Delphine, Aubazaardeslivres, et moi-même se trouve d'ailleurs par ici !

"Oscar et la dame rose" d'Eric-Emmanuel Schmitt


Oscar, gravement malade vit à l'hôpital. Personne ne veut lui dire, mais le petit garçon sait qu'il va mourir. La dame rose qui lui rend visite, Mamie Rose comme il l'appelle, lui propose alors d'écrire à Dieu pour se sentir moins seul et lui dire ce qu'il veut. On découvre donc ces lettres au fil des pages, ces lettres qui ont duré douze jours et qui ont représenté toute la vie d'Oscar grâce à l'amour que lui portait Mamie Rose.

Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt est un livre dont j'avais forcément beaucoup entendu parler, mais que je n'avais jamais eu l'occasion de lire. Maintenant, après l'avoir lu d'une traite, je peux dire que c'est chose faite.

"Cher Dieu.Je m’appelle Oscar, j’ai dix ans, j’ai foutu le feu au chat, au chien, à la maison (je crois même que j’ai grillé les poissons rouges) et c’est la première lettre que je t’envoie parce que jusqu’ici, à cause de mes études, j’avais pas le temps. "

C'est donc les lettres d'Oscar que nous découvrons dans ces pages, les lettres d'un petit bonhomme qui ne croit pas en Dieu, mais qui se décide après les conseils de Mamie Rose de lui écrire pour se confier. Grâce à l'amour de la vieille dame, les douze (derniers) jours d'Oscar vont s'embellir, vont être emplis d'amour et de douce folie et le garçon vivra alors toute sa vie à travers ceux-ci. Cette correspondance originale avec Dieu est forte, magique presque et porteuse d'espoir.

Que dire réellement de ce livre ? Ce livre court, nous touche, nous émeut, mais réussit aussi à nous faire sourire. Nous nous attachons forcement à Oscar, mais aussi à Mamie Rose et à cette relation particulière qui se tisse entre eux. À travers Oscar et la dame rose, c'est l'enfance face à la mort qui est abordée, c'est la question du passage de la vie à la mort, autant de questions qu'un enfant de cet âge peut se poser face à la maladie et Eric-Emmanuel Schmitt réussit à aborder cela avec douceur, avec tact.

"J'ai essayé d'expliquer à mes parents que la vie, c'était un drôle de cadeau. Au départ, on le surestime, ce cadeau: on croit avoir reçu la vie éternelle. Après, on le sous-estime, on le trouve pourri, trop court, on serait presque prêt à le jeter. Enfin, on se rend compte que ce n'était pas un cadeau, mais juste un prêt. Alors on essaie de le mériter. Moi qui ai cent ans, je sais de quoi je parle. Plus on vieillit, plus faut faire preuve de goût pour apprécier la vie. On doit devenir raffiné, artiste. N'importe quel crétin peut jouir de la vie à dix ou à vingt ans, mais à cent, quand on ne peut plus bouger, faut user de son intelligence."

Oscar et la dame rose est un livre court, mais qui réussit à véhiculer tellement de choses à travers seulement cette petite centaine de pages. On ne referme pas ce livre une fois commencé, on le lit d'une traite, donnant presque la main à Oscar et bouleversé par son courage, son amour pour Peggy Blue et cet humour qu'il garde toujours. Avec simplicité, sagesse et quelques notes de poésie, Eric-Emmanuel Schmitt offre un magnifique roman tendre et bouleversant qui ne laissera personne insensible. J'ai été émue tout au long de ma lecture, et j'ai refermé les dernières pages avec les larmes aux yeux...

"Les gens craignent de mourir parce qu'ils redoutent l'inconnu. Mais justement, qu'est ce que l'inconnu? Je te propose Oscar, de ne pas avoir peur mais d'avoir confiance."

Oscar et la dame rose est un de ces livres qui se doit d'être lu par tous ! Il n'est jamais trop tard pour découvrir ce genre de roman, alors lisez-le si ce n'est pas encore fait.

Oscar et la dame Rose d'Eric-Emmanuel Schmitt est disponible aux Éditions Albin Michel.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
maladie
enfance
mort
questions
Dieu.

mardi 27 juin 2017

"Tôt un matin" de Virginia Baily


En plein ghetto au cœur de Rome en 1943, Chiara assiste à une rafle. La jeune femme résistante, n'hésite pas une seule seconde quand une femme pousse son petit garçon vers elle et proclame alors qu'il est son neveu. Daniele Levy devient alors comme son fils, elle l'aime tout autant qu'une mère même si celui-ci restera toujours distant même en grandissant. En 1973, Maria une jeune Galloise découvre par hasard que celui qui l'a élevée n'est pas son véritable père. Elle découvre alors la vérité, son père est un certain Daniele, un jeune roman. A force de recherche et de persuasion, la jeune fille de 16 ans en quête de ce père qu'elle n'a jamais connu, part à la rencontre de Chiara la dernière personne à l'avoir connu. Les deux femmes sont chacune hantées par Daniele et espèrent toujours que celui-ci soit encore en vie...

C'est le contexte de l'histoire, ce matin de 1943 qui a d'abord retenu mon attention dans Tôt un matin de Virginia Baily, le résumé a rapidement fini de me convaincre de me plonger dans celui-ci pour connaître tout de l'histoire de Chiara et Maria.

"Chiara la dévisage, et le regard inquiet de l'inconnue la trouve. Sans la quitter des yeux, la femme se penche et détache les doigts de son fils de sa manche, le repousse. Chiara jette un coup d’œil à l'enfant, revient à la mère qui la fixe toujours sans ciller, redescend sur le garçon qui a saisi une nouvelle poignée de tissu. Elle se focalise sur la main maternelle qui déplie le poing de son fils, l'arrache à nouveau à elle. Si Chiara passe de l'un à l'autre, la femme, elle, ne la lâche pas un seul instant. Elle prend l'épaule du garçon, lui dit quelque chose, et il garde ses distances, les bras ballants. Seul membre de la famille aux cheveux raides, l'enfant est bien habillé, culotte courte grise, chaussettes tirées, une croute à un genou.Soudain, Chiara s'écrie et écarte les autres observateurs pour s'avancer, repoussant une main qui tente brièvement de la retenir par le bras.- Mon Neveu! lance-t-elle en montrant le garçon. C'est mon neveu !"

C'est donc dans un contexte historique difficile que s'ouvre cette histoire, Chiara assiste à une rafle, malheureusement nombreuse, et ne réfléchit pas quand la possibilité de sauver ce petit garçon se présente. Elle qui s'occupe déjà de sa sœur malade, a donc un nouveau pensionnaire à prendre soin et rapidement le choix se fait de partir loin de Rome chez leur tante. Le petit Daniele Levy reste distant, silencieux et fait difficilement confiance à Chiara, cette confiance, elle ne l'aura finalement jamais même lorsqu'elle fera tout quand il sera plus grand pour l'aider dans ses affaires difficiles. Lorsque la jeune Maria prend alors contact avec elle, elle hésite, cela ravive une douleur qu'elle cache, mais accepte finalement de la recevoir sans savoir pour autant comme lui parler de qui était réellement Daniele. Tôt un matin, c'est l'histoire de deux femmes, toutes deux marquées par un seul et même homme et qui ont besoin de garder ce fol espoir qu'un jour, il revienne vers elles...

Tôt un matin, c'est donc finalement deux histoires qui se croisent et se rejoignent dans ce livre, deux histoires liées par une seule et même personne. Au fil des chapitres, nous passons donc d'une histoire à l'autre, de Chiara a Maria, et parfois sans réelle transition, on se retrouve alors quelque peu dérouté ayant besoin de quelques lignes pour savoir dans quelle partie de l'histoire nous nous trouvons alors. Le lien est parfois difficile à comprendre, j'ai eu l'impression de passer de Chiara à Maria sans vraiment suite logique.

Les personnages sont forts, ont une véritable histoire un peu chaotique, mais j'ai eu un peu de mal à m'attacher à eux. Autant la jeune Chiara de 1943, je me suis attachée à elle, j'avais l'impression de la soutenir même dans les risques qu'elles prenaient, mais autant celle de 1973 m'a laissé totalement insensible, cette façon d'être m'a même parfois dérangé, et même si cela est lié à son histoire avec Daniele, je m'en suis totalement détachée au final. La relation entre Maria et Chiara aurait aussi mérité plus de profondeur, on la survole sans véritablement s'attarder dessus.

Même si l'histoire que nous propose Virginia Baily est intéressante, relativement bien menée et amène le lecteur dans des relations compliquées, Tôt un matin est un roman en demi-teinte pour moi. Il aurait fallu plus de fluidité, de lien entre les chapitres qui alternent passé et présent et plus de profondeur dans les relations entre Chiara et Maria, mais aussi sur la vie de Daniele. Tous les ingrédients sont là pourtant, le point de départ était vraiment prometteur, mais il manque vraiment ce petit quelque chose pour que Tôt un matin soit vraiment aussi bon qu'on l'espérait.

Mais faites-vous votre propre idée, comme toujours ! Tôt un matin de Virginia Baily est disponible aux Éditions JC Lattès.
Merci aux Editions JC Lattès.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
Histoire
famille
secret
fraternité
Italie.

lundi 26 juin 2017

"Souffrance" de Cédric Péron


Anastasie et Florian sont gendarmes à la section de recherche d'Orléans. Appelés sur une scène de crime, ils sont loin d'imaginer ce qui les attend et c'est une scène de crime effroyable qui les attend. Ils se trouvent alors face à un déchaînement de haine, de violence, de perversion et maintenant, ils doivent alors tenter de comprendre pourquoi et qui se cache derrière tout cela.

Cédric Péron est un nom que j'ai pu voir régulièrement passer sur les réseaux sociaux, et à l'occasion de mon dernier passage chez Delphine, je lui ai donc emprunté quelques bouquins (comme si je n'en avais pas déjà trois tonnes à lire) dont ce titre, Souffrance.

Anastasie et Florian plongent dans les méandres du mal et de l'horreur et nous suivons avec eux cette enquête qu'ils ne sont surement pas prêts d'oublier. Peu d'indices, les seuls qu'ils ont sont assez perturbants et le lien qui relie les victimes entre elles, oui parce qu'il n'y aura pas qu'un seul meutre, est des plus mystérieux.

Pour ceux qui aiment les thrillers courts, efficaces et qui font frissonner, c'est sans hésiter que je dis que Souffrance est fait pour eux ! Le plus difficile pour un livre court, c'est de réussir à happer le lecteur dès le début afin qu'il soit, de suite, plongé dans l'intrigue et ne ressente pas cet aspect "court" dans l'histoire. Avec la scène d'ouverture de Souffrance, on peut dire que le lecteur plonge directement dans les abimes du mal. C'est violent, brut, horrible même et le ton est directement donné.

L'écriture de Cédric Péron est intense, il ne tourne pas autour du pot et ne se perd pas en descriptions inutiles, j'ai presque envie de dire ", c'est clair, net et précis". Je dois avouer, cela va peut-être paraître sadique, que j'ai beaucoup apprécié l'originalité des crimes, j'ai grimacé plus d'une fois, mais je me suis quand même dit "mais quelle idée !!", Souffrance se démarque un peu par cela. Ça se lit rapidement, le rythme est soutenu et l'intrigue est maîtrisée jusqu'à la fin. La fin arrive peut-être rapidement, mais c'est là aussi les romans courts.

Si vous aimez les thrillers courts, mais efficaces, les duos de flics qui partagent efficacité et complicité et que quelques scènes de torture ne vous font pas peur, Souffrance de Cédric Péron devrait vraiment vous plaire alors n'hésitez pas à le découvrir !

Souffrance de Cédric Péron est disponible en auto-édition et notamment sur Amazon par ici !

5 mots en bref pour décrire ce livre :
enquête
suspens
duo
violence
efficace.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Tôt un matin de Virginia Baily

Je suis en train de lire
un titre de la rentrée littéraire

Je lirai ensuite
On met longtemps à devenir jeune de Christine Jusanx.

vendredi 23 juin 2017

"Café ! Un garçon s'il vous plaît" d'Agnès Abécassis


Tom, Ava, Félix ou encore Lutèce, nous avions déjà croisé leur route dans le précédent roman de l'auteure Le tendre baiser du tyrannosaure. Alors on prend les mêmes et on recommence ? Pas vraiment ! Cette fois-ci, Lutèce retrouve la trace de son tout premier amour, Tom pense que Régine la trompe, Ava doit livrer le tableau d'une célèbre artiste et être sous les feux de projecteurs, enfin si tout se passe bien. Une famille, une bande d'amis et ça en fait des histoires, des personnages, des mésaventures, des quiproquos, mais surtout ça en fait des sacrées doses d'amour.

Vous n'avez encore jamais lu Agnès Abécassis ? Grave erreur ! Les romans d'Agnès Abécassis sont des livres à lire absolument, parce que se plonger dans un de ses romans, c'est établir une barrière entre soi et ce qui nous entoure pour le déguster avec plaisir et son petit dernier Café ! Un garçon s'il vous plaît ne déroge pas à la règle.

Ce n'est donc pas une histoire, mais plusieurs que nous croisons dans Café ! Un garçon s'il vous plaît. Celle d'Ava, cette artiste attachante qui s'apprête à livrer une œuvre importante, celle de Tom ce flic bourru et aussi doux d'un nounours qui pense que celle qu'il aime l'a trompé, ou encore celle de Lutèce cette petite mamie haute en couleur qui retrouve son amour d'enfance. Ils sont entourés d'une bande d'amis, d'une véritable famille dont nous faisons connaissance (ou de nouveau connaissance si vous aviez lu le précédent roman comme moi). On les accompagne comme si nous faisions partie de leur bande, comme si nous dégustions une pâtisserie avec Lutèce et on partage leurs joies, leurs émotions et leurs sentiments.

Avec beaucoup d'amour et d'humour, les péripéties vont ponctuer la vie de nos personnages. Nos personnages oui, car on s'attache à eux, énormément et surtout à Lutèce qui nous touche profondément. Rires, tristesse, amour, peur, colère et coups de gueule vont être au rendez-vous au fil des pages et nous partageons cela. Agnès Abécassis à cette capacité à faire de ses romans, des histoires auxquelles nous nous identifions aisément, auxquelles on s'attache dès les premières pages et que nous laissons toujours avec certes un grand sourire sur les lèvres, mais aussi une petite pointe de tristesse.

Café ! Un garçon s'il vous plaît, c'est une comédie qui offre des histoires d'amour sous toutes ses formes, des histoires d'amitié fortes qui sont des liens indéfectibles, mais aussi des aspects de la vie de chacun qui ressemblent étrangement aux nôtres, tout y représenter et le tout avec toujours autant d'humour. Parce qu'Agnès Abécassis a aussi ce point particulier de réussir à faire d'une situation banale, un moment des plus hilarants. Nous avons l'impression qu'elle fait ça avec une telle facilité... je vous assure que vous éclatez véritablement de rire plus d'une fois pendant votre lecture. Mention particulière pour tous ces noms de célébrités à la sauce Abécassis !

"- Et le... que lis-je ? Le Sex On the Beach ? Vous n'avez pas honte ? - On peut vous le faire sans Sex. Juste avec la Beach. Ce sera un cocktail à base de sable, répondit le garçon, qui n'en pouvait plus."

Agnès Abécassis à une écriture qui nous happe toujours autant dans ses histoires, une écriture tantôt douce et sensible, mais aussi tantôt un peu plus amère. L'auteure offre des instants de vie qui font rire et sourire, des instants de partage que nous avons presque l'impression de vivre et des histoires d'amour qui font du bien. Rien n'est laissé de côté, chaque personnage a son importance, sa particularité qui fait qu'il retient notre attention et tout se tisse avec délice au fil des pages. Le lecteur est bercé par les émotions, il rit, il sourit, mais il est aussi touché aux larmes, je dois avouer que les dernières pages ont réussi à m'offrir un sacré lot d'émotions.

Café ! Un garçon s'il vous plaît est un coup de coeur ! Parce que j'ai rit aux éclats, j'ai été touché aux larmes, j'ai partagé de belles choses avec Tom, Lutèce ou encore Ava auxquels je me suis attachée, parce que ça fait du bien de lire ce genre de livre et parce qu'on a l'impression qu'Agnès Abécassis offre tout avec générosité à travers ses livres. 

Vous l'avez compris, ce coup de coeur, c'est LE livre parfait pour l'été à glisser dans sa valise ou dans son sac de plage. Dégustez-le en souriant, autour d'un verre ou d'une tasse de café même, laissez vos petits tracas de côté et prenez du plaisir, vous allez vous prendre une belle tranche d'amour, d'humour et de vie à travers ces pages et vous en redemanderez, je vous l'assure.

"Croire en ses rêves n'était finalement pas une vaine pensée, mais un projet de vie auquel il fallait s'accrocher. Quelle magnifique façon d'en apprendre la leçon."

Café ! Un garçon s'il vous plaît d'Agnès Abécassis est disponible aux Éditions Le livre de poche.

Merci à Netgalley et Le livre de poche.

5 mots en bref pour décrire ce livre ;
humour
amour
vie
générations
bonheur.

jeudi 22 juin 2017

"La dernière des Stanfield" de Marc Levy


Une lettre. Il aura suffi d'une lettre pour que le quotidien d'Eleanor-Rigby soit complètement chamboulé. Dans cette lettre anonyme, elle apprend que sa mère aurait un passé criminel. Qui lui envoie celle-ci ? Pourquoi ne doit-elle en parler à personne ? Et qu'est-ce que tout cela réserve ? Eleanor-Rigby n'hésite pas beaucoup avant de se lancer dans une quête de vérité. George-Harrison vit au Québec et reçoit la même missive, lui parlant de sa mère également. Les deux ne se connaissent pas, ne se sont jamais croisés, mais sans le savoir, ils ont rendez-vous tous les deux dans le même bar, dès l'instant où ils comprennent qu'ils sont à la recherche de la même chose, un véritable jeu de piste se met en place.

Chaque nouveau roman de Marc Levy est un événement, un livre attendu par ses très nombreux lecteurs. C'est un auteur que je lis depuis mon adolescence, donc chaque année, je suis au rendez-vous. Dès les premières informations, je guettais La dernière des Stanfield pour savoir ce que ce roman-ci allait nous réserver...

Il y a donc Eleanor-Rigby et George-Harrison, les noms prêtent à sourire avouons-le. Ils ne se connaissent pas, n'ont jamais entendu parler l'un de l'autre et pourtant un jour, ils se rencontrent dans un bar de pêcheur suite à cette lettre qu'ils ont chacun reçu concernant leur mère. Elles ont apparemment commis un acte criminel, elles étaient très proches semble-t-il, et quel est le lien qui semble unir Eleanor-Rigby et George-Harrison ? Un jeu de piste concernant leur mère respective, mais aussi leur histoire commence alors.

"Merde, Elby, comment as-tu pu passer à côté de ta propre mère ? Par pudeur, par peur, par lâcheté ou négligence ? Parce que tu ne te doutais pas une seconde que le temps pouvait s'arrêter brutalement ? Parce que tu réservais les confidences à plus tard ? Mais pour toi, plus tard, c'était hier."

Ce que j'aime avec Marc Levy, c'est qu'on ne sait jamais vraiment par avance dans quel genre d'histoire, il va nous mener. Ici, c'est une véritable saga familiale qui s'offre à nous. Ces lettres lancent une véritable quête de vérité, un vrai jeu de piste pour découvrir tout ce que le "corbeau" laisse sous-entendre. Entre passé et présent, les chapitres mêlent plusieurs générations, plusieurs histoires qui finiront par n'en former qu'une seule.

La dernière des Stanfield nous entraîne dans la France occupée en 1944, dans le Baltimore des années 80 avant de revenir à Londres et Montréal de nos jours. Une intrigue complexe se tisse au fil des pages, les personnages se multiplient et l'histoire gagne en intensité. C'est une vraie histoire familiale riche, dense qui se dévoile peu à peu. Le lecteur est entraîné dans une folle spirale où les secrets sont enfouis au plus profond et qui éclatent au grand jour sans qu'on soit réellement préparé. Prenez garde à ne pas perdre le fil entre chaque personnage, entre chaque époque, mais tout comme une toile d'araignée tout se tisse au fil des pages et nous sommes véritablement embarqués dans cette histoire sans s'en rendre compte.

Marc Levy avec son écriture intense, juste, rythmée réussi à entraîner une nouvelle fois le lecteur dans cette nouvelle histoire du début à la fin. Les événements s'enchaînent avec une pincée d'émotions et de sentiments, le lecteur se retrouve attendrie par ce jeu de piste pour découvrir la vérité sur ces mères qu'on pensait si bien connaître et tout comme Eleanor-Rigby et George-Harrison veut tout savoir. On retrouve des thèmes chers à l'auteur comme la famille, ou encore l'amitié. L'amitié qui est certes un thème récurrent dans ses romans, mais surtout qui a chaque fois offre une histoire particulière, une tournure que seules les histoires d'amitié peuvent prendre. C'est un point fort que j'aime beaucoup et que je remarque à chaque fois, c'est ce petit quelque chose qui me fait toujours sourire et me touche. Les personnages sont travaillés avec précision, rien n'est laissé au hasard, les lieux sont particulièrement bien décrits et nous les imaginons aisément, et tous les éléments de l'intrigue finissent par s'imbriquer pour un dénouement final qu'on apprécie à sa juste valeur.

La dernière des Stanfield offre vraiment une saga familiale à la hauteur de ce qu'on peut attendre de Marc Levy. Laissez-vous donc transporter par cette histoire qui réserve bon nombre de rebondissements et qui dévoilera des secrets qui semblaient si bien gardés et partez sans vous retourner en compagnie d'Eleanor-Rigby et George-Harrison dans ces 500 pages.

La dernière des Stanfield de Marc Levy est disponible aux Editions Robert Laffont / Versilio.

Merci aux Editions Robert Laffont et Versilio.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
famille
passé
secrets
quête
amitié.

Saint-Maur en poche c'est dans 2 jours !


Ce week-end, la commune de Saint-Maur des fossés, c'est THE place to be ! Amoureux de la lecture, booksaddict et j'en passe, c'est une occasion à ne pas louper parce que plus de 250 auteurs seront présents !

Saint-Maur en poche, entièrement gratuit, permettra de rencontrer donc les auteurs, d'échanger avec eux, de partager des rencontres privilégiées également et tout ça dans la joie et la bonne humeur !

Avec pour thème, cette année "Les monstres sacrés" on peut dire qu'il va en avoir du beau monde. Vous avez surement vu passer l'événement à de nombreuses reprises, vu passer les noms aussi de tous ceux qui seront là durant ce fameux week-end, mais vous y serez-vous ?

Pour rappel des auteurs présents, la liste se trouve par ici ! (Et oui ça fait rêver je vous l'accorde)

L'année dernière, je m'y suis rendue sur un coup de tête, se décider le samedi soir pour le dimanche, c'est vraiment du rapide, et cette année, j'y retourne ! Ça fait énormément de route pour une journée, mais c'est un tel événement que je ne tiens absolument pas à le manquer ! Et puis, je vous raconterais ça la semaine prochaine, mais j'ai des rencontres de prévus et des petits instants "vip" au programme, et bien entendu, je vais revenir avec un nombre de livres que je n'ose imaginer. Chut ça me rend impatiente...

Alors qui y sera ?

mardi 20 juin 2017

"Pas si simple" de Lucie Castel


À l'avant-veille de Noël, Scarlett et sa sœur Mélie se trouvent bloquées à l'aéroport à cause d'une grosse tempête de neige. Après un malentendu dans les toilettes, Scarlett fait la connaissance de William, un britannique cynique mais tellement charmant. Au fil des heures, ils font connaissance et patientent ensemble, la situation ne s'améliorant pas, William propose alors aux deux soeurs de passer le réveillon chez lui. Scarlett et Mélie ne s'attendent surement pas à passer un tel réveillon...

C'est un livre que j'avais reçu dans une de mes box "Dans ma bulle" et que j'ai sorti de ma PAL lorsque j'ai eu envie de lire une romance. J'avais lu beaucoup de belles choses sur ce fameux Pas si simple de Lucie Castel alors je me disais que c'était le roman idéal pour cette envie.

C'est en plein cœur de l’aéroport d’Heathrow paralysé par la neige que nous faisons donc la connaissance de ces trois personnages. Trois personnages que tout oppose et qui vont rapidement nous offrir des scènes cocasses et mordantes d'humour. Ils font donc de plus en plus connaissance au fil des heures et devant la gentillesse et le charme de William, on comprend qu'elles acceptent de passer le réveillon chez lui plutôt que dans un hall d'aéroport. Mais quand toute la famille de William débarque, les surprises n'ont pas finis de surprendre les deux soeurs qui se demandent bien dans quoi elles sont tombées.

Pas si simple est une véritable comédie romantique qui fait rire le lecteur bon nombre de fois. Tout oppose William, Scarlett et Mélie et ils doivent alors apprendre à conjuguer leur caractère ensemble, surtout entre William et Scarlett quand on ressent qu'une attirance naît entre eux. Tout n'est pas si simple forcément, entre les sentiments qui naissent peu à peu, un passé toujours bien ancré chez chacun d'eux et surtout une famille qui vient tout chambouler.

Lucie Castel réussit à allier humour et émotions tout au fil des pages. On s'attache à chaque personnage, et je dois avouer que pour moi, c'est Mélie qui a surtout attiré mon attention. Derrière cette idylle qui naît entre William et Scarlett, se cachent aussi les thèmes de la famille, du deuil ou encore de l'engagement, et avec finesse et délicatesse, l'auteure les aborde au fil des chapitres et de l'histoire de ses personnages. 

Pas si simple est une lecture agréable, douce et bourrée d'humour. On apprécie aussi bien l'humour cynique de William que celui de Scarlett, et de Mélie. Après, pour l'apprécier au mieux je conseillerais tout de même de le lire un bon soir d'hiver avec une tasse de chocolat chaud pour se plonger pleinement dans ce réveillon de Noël des plus particuliers... 

- Ma chérie, les grandes histoires — les seules qui valent la peine — prennent rarement des chemins faciles. C’est comme ça. Dieu les a inventées pour Se distraire.

Pas si simple de Lucie Castel est disponible aux Éditions Harlequin.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
rencontre
Noël
famille
surprises
amour.

La "Box dans ma bulle" #5


Et oui, il est temps pour moi de vous parler de la dernière box "Dans ma bulle" reçue ce mois de juin ! Comme depuis maintenant quelques mois, elle est arrivée dans ma boîte aux lettres dans sa jolie boite rose me réservant plein de jolies surprises et de nouvelles découvertes à faire, j'en suis toujours aussi fan sachez-le.

Pour ce mois de juin, les vacances approchant, le thème est donc voyages ! Un thème assez intrigant, me faisant me demander quels livres donc pourraient bien correspondre à celui-ci. Je n'avais aucune idée des romans qu'on allait pouvoir trouver.

Contenu de la box de juin :



La box réservait donc cette fois trois romans, et je ne connaissais qu'un seul titre : Ni mariée, ni enterrée tome 1 de Katy Colins, On n'est jeune que deux fois de Adena Halpern et Albert sur la banquette arrière de Homer Hickam. Côté goodies, un super bracelet qui sent l'air marin et un jeu de cartes postales qui reflètent l'été.

Je vous présente un peu plus les livres :

Ni mariée, ni enterrée tome 1 de Katy Colins : - Se faire plaquer à deux semaines de son mariage : fait.
- Se retrouver au chômage pour avoir préparé ledit mariage sur ses heures de travail : fait.
- Perdre toute dignité après avoir croisé le fiancé volage et la nouvelle femme de sa vie : fait.
Ce que Georgia n’a pas fait depuis longtemps, en revanche, c’est se demander ce dont elle a vraiment envie. Et, plus elle y pense, moins la sainte trinité « mariage-maison-maternité » la fait vibrer. Non, ce dont elle rêve depuis toujours, c’est de parcourir le monde. Apprendre une nouvelle langue au sommet du Kilimandjaro, s’ouvrir à la spiritualité auprès d’un moine bouddhiste, goûter des plats aux noms imprononçables… Alors, Georgia fait le grand saut : elle part. Six semaines en Thaïlande. Six semaines pour réaliser ses rêves et se recentrer sur l’essentiel : elle-même.
Sauf que, dans les voyages comme dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu – et notre Bridget Jones en sac à dos ne va pas tarder à s’en rendre compte… pour le meilleur et pour le pire.

-On n'est jeune que deux fois de Adena Halpern : Et si c’était à refaire ? 
En soufflant ses bougies d’anniversaire, Ellie, soixante-quinze ans, fait un vœu : retrouver pour un jour ses vingt-neuf ans et tout recommencer différemment. Hélas, tout le monde sait que ce genre de vœu n’a aucune chance de se réaliser.Le lendemain matin, devant son miroir, Ellie frôle la crise cardiaque : une beauté à couper le souffle lui fait face. Aucun doute possible : son vœu a été exaucé ! Dans le corps retrouvé de sa jeunesse, elle se sent prête pour une folle journée d’aventures et de plaisirs. Peu importe que sa famille se demande qui est cette étrangère qui occupe l’appartement de la bonne vieille Ellie et utilise ses cartes de crédit. Seule Lucy, sa petite-fille, a découvert le secret… 

Albert sur la banquette arrière de Homer Hickam : C'est l'histoire d'un couple où l'un aime et l'autre pas. C'est l'histoire de Homer, honnête mineur de Virginie, d'Elsie, sa jeune épouse aux rêves déçus, et d'Albert. Mais qui est donc Albert ?Un alligator. Un cadeau de mariage qu'Elsie a reçu du grand amour de sa vie quand elle s'est résignée à épouser Homer. Une petite bête facétieuse et un peu cruelle,  qui s'interpose sans cesse entre elle et son mari. Que fait Albert sur la banquette arrière ?On le ramène chez lui. Exaspéré par les tours féroces que lui joue l'alligator, Homer pose un ultimatum à Elsie : c'est Albert ou lui. Ainsi commence une expédition à trois vers la Floride, pour ramener Albert chez lui.  

Une super box ce mois-ci ! J'ai hâte de me plonger dans ces romans qui m'ont l'air totalement loufoque, et que je ne connaissais pour la plupart absolument pas. Ils feront partie certainement de mes lectures de vacances, si je ne cède pas avant à vrai dire. Et comme je suis de la vieille école qui envoie encore des cartes postales, elles me seront également très utiles. Une totale réussite que cette box de juin pour moi ! Et j'ai envie de dire, qu'en plus, à chaque nous en avons pour notre argent :)



Pour rappel la Box "Dans ma Bulle" est au tarif de 29€90, c'est sans engagement de votre part et qu'elle est envoyée tous les deux mois ! Le prochain rendez-vous est donc fixé en octobre, et oui il va falloir être un peu plus patiente cette fois-ci et je dois avouer que ça risque d'être un peu long avant la prochaine... 

Pour en savoir plus sur la Box "Dans ma Bulle" et vous abonnez, il suffit de cliquer ici !

lundi 19 juin 2017

"Tous en choeur" de Gill Hornby


La petite commune de Bradford va mal, entre un énorme supermarché qui veut s'implanter en périphérie de la ville et qui divise la communauté et la chorale locale qui n'a plus de chef suite à un accident et qui doit pourtant se présenter au championnat régional de chorale, rien ne va plus. Il va falloir trouver des solutions, et vite ! Bennett et Tracy vont alors rejoindre la chorale, chacun va alors se rendre compte que celle-ci leur permet de passer outre les secrets qu'ils gardent au fond d'eux. Chaque membre de la communauté de Bradford jouera finalement un rôle dans toute cette histoire, et une solidarité naîtra de liens qu'on n'imaginait pas...

Une couverture toute jaune et un auteur que je n'avais encore jamais lu, il n'en fallait pas plus pour que Tous en choeur de Gill Hornby attire mon attention et pour que je lise finalement ce roman.

Ce roman, c'est l'histoire d'une petite communauté, Bradford, qui a besoin d'un regain d'énergie pour faire face à deux complications, mais c'est aussi l'histoire d'une partie de sa population qui va trouver l'énergie d'aller de l'avant là où ils ne l'imaginaient pas forcément. Il y a donc parmi eux Bennett, l'ex-mari de Sue qui se retrouve à être le ténor de la chorale ou encore Tracy qui a élevé seule son fils et qui doit maintenant réussir à couper le cordon avec ce dernier. Mais il y a aussi Sue, l'ex-femme donc de Bennett, ou encore sa meilleure amie Annie qui ne comprend toujours pas pourquoi elle a quitté cet homme qui a tout pour lui. Et il y a tous les autres qui se croisent, qui font partie de la chorale ou qui interviennent dans la vie l'un de l'autre. Chacun va trouver un nouvel élan, va passer outre ses secrets ou ses rancœurs, et Bradford va alors tenter de renaître.

Dans Tous en chœur, nous faisons la connaissance de multiples personnages, et chacun trouve rapidement sa place dans l'histoire. Nous faisons autant de rencontres qu'eux, nous comprenons qu'ils ont tous leur propre vie, leurs propres secrets ou leurs propres espoirs qu'ils ne trouvent pas forcément là où ils sont. Et puis la chorale, d'une façon ou d'une autre arrive à point nommé, que ce soit désiré ou non.

Ce roman, c'est l'exemple de tout ce qui est possible de faire quand une communauté s'allie. C'est une vague qui se lève pour soutenir un projet et pour en contrer un autre, ce sont des personnes qui se croisaient sans se parler et qui désormais se côtoient régulièrement, et même deviennent amis, ou c'est encore un pas en avant pour beaucoup dans leur vie. Tous en chœur, c'est ce petit coup de pouce de la vie que chacun attend et qui chamboule un peu l'existence.

Gill Hornby avec son écriture aussi charmante que mordante, avec une ironie parfois acérée, offre un roman réussi qui emmène le lecteur en plein cœur de Bradford. L'auteure livre plusieurs histoires à travers son livre, et laisse le lecteur accompagner les habitants de Bradford dans leur quotidien chacun leur tour. Avec Tous en chœur, nous passons un bon moment de lecture, nous rions plus d'une fois, nous fredonnons certains titres que nous rencontrons au fil des pages et nous sourions devant cette communauté qui s'unit pour vaincre.

N'hésitez pas à découvrir Tous en choeur de Gill Hornby ! Ce livre vous montrera que malgré les différences, le passé de chacun, la vie que chacun mène, une fois qu'une communauté décide de s'unir tout est mis de côté pour aller de l'avant ensemble et c'est cela la plus belle réussite.

Tous en chœur de Gill Hornby est disponible aux Éditions JC Lattès.

Merci aux Editions JC Lattès.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
communauté
aide
soutien
musique
chorale.

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.


Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Des coeurs lents de Tassadit Imache

Je suis en train de lire
un livre de la rentrée littéraire 

Je lirai ensuite
Tôt un matin de Virginie Bailly.

jeudi 15 juin 2017

"Une bonne intention" de Solène Bakowski


Depuis le décès de sa mère, Mati subit son quotidien plus qu'elle ne l'apprécie. Entre son père qui s'enfonce dans le deuil un peu plus chaque jour et sa grand-mère qui essaie de recoller les morceaux, mais qui montre bien qu'elle n'appréciait pas particulièrement sa belle-fille, la petit fille de onze ans doit réussir à se relever seule. Un soir, Mati ne rentre pas chez elle et reste introuvable. Tout le monde imagine le pire, les scénarios catastrophe envahissent les esprits, et pourtant tout partait d'une bonne et gentille attention...

Je vous avais parlé de Solène Bakowski il y a quelque temps, suite au premier roman que je lisais de cette auteure Un sac, vous pouvez d'ailleurs retrouver la chronique par ici. Et il y a quelque semaines Solène me proposait de lire son tout dernier-né, qui n'avait pas encore de nom définitif à l'époque, et j'ai donc plongé dans Une bonne intention sans être vraiment préparé à ce qui allait suivre...

Concernant l'histoire en elle-même, je n'en dirais pas plus. En plongeant dans Une bonne intention, il faut que vous en sachiez le moins possible, parce que ce livre ce n'est surement pas du tout ce à quoi vous vous attendez. Vous pouvez imaginer, vous faire votre propre idée à partir de ces quelques mots dits plus hauts, mais tout comme moi, vous serez happé au fil des pages par cette histoire presque détonante !

"Si le destin nous précède, l'existence n'est qu'un puzzle : aucune pièce n'est laissée au hasard, rien ne manque à l'illustration finale."

Mati est donc notre personnage principal, cette petite fille de onze ans qui en a déjà vécu des choses pour son jeune âge. Mati dont on va presque tenir la main tout au long de ce roman, dont on s'attache de suite et qui nous bouleverse avec cette maturité qu'elle a déjà. On croise aussi son père, devenu presque une loque suite au décès de sa femme, la grand-mère de Mati qu'on n'arrive pas vraiment à cerner, ou encore la maîtresse de Mati ou Rémi.

Comme pour Un sac j'ai adoré aimer et presque détester parfois certains personnages (allez, j'avoue que c'est quelque chose qui m'agace un peu à parce que je m'agace du coup, mais c'est aussi surtout quelque chose qui m'arrive rarement). Parfois même d'une page à l'autre, on se remet en question quant à notre attachement. Mati forcément, elle, elle est au-dessus de tous, je pense que je ne serais pas la seule à avoir envie de presque la sortir de ce livre pour lui offrir une "autre" vie. Rémi... alors Rémi, on se pose bon nombre de questions sur celui-ci quand il entre dans l'histoire, on doute, on se méfie, comme pour tout l'entourage de Mati finalement, et lorsque tout prend forme on en reste bouche bée et on a envie de les soutenir.

Rien n'est précipité dans Une bonne intention, tout se pose, on sent que tout est calculé dans le moindre détail. On pense avoir compris, avoir saisi où tout cela va nous mener, on imagine la suite et là tout bascule, on entre dans une "phase 2". Au fil des pages et des chapitres, l'histoire gagne en intensité, le lecteur est bousculé, se revoit mis en question, jusqu'à la toute fin, rien n'est joué. Plus d'une fois, j'ai été saisie par la tournure que prennent les événements, mes doutes n'ont cessé de croître et j'ai trouvé la fin... saisissante, il n'y a pas d'autre mot.

L'écriture de Solène Bakowski est toujours aussi vive, brute, intense, incisive ! Son écriture tient véritablement en haleine, les tournures de phrases, les phrases parfois un peu longues, mais justes, qui nous font presque retenir notre souffle. Certains usent de phrases longues qui sont rapidement ennuyeuses dans leur bouquin, là ce n'est pas le cas. On sent que même ça s'est maîtrisé, c'est calculé pour justement insuffler encore un peu de suspens dans la suite des événements. J'ai l'impression que tout colle parfaitement bien en fait dans cette histoire. Et surtout, Solène, pour chacun de ses personnages, va jusqu'au fond de leurs âmes. Nous avons l'impression qu'elle les sonde véritablement, que tout ce qui les définit est posé la devant nous et s'étale au fil des pages. Elle "exploite" ses personnages au maximum donnant au lecteur l'impression alors de presque les connaître mieux que lui-même.

"La haine est une araignée qui entoile tout et tout le monde, elle ne s'encombre pas de demi-mesure."

Vous l'avez sans doute déjà compris, Une bonne intention est à lire ! Ce roman va vous malmener tout au long de votre lecture, vous offrir une histoire que vous êtes loin d'imaginer et que vous aurez certainement un peu de mal à oublier. Laissez-vous tenter par Solène Bakowski, par sa maîtrise de la psychologie de ses personnages et de son intrigue et par son écriture qui vous rendra presque haletant. Ne passez vraiment pas à côté.

En attendant sa parution papier début 2018, Une bonne intention de Solène Bakowski est disponible dès aujourd'hui sur Amazon.

Encore un très grand merci à toi Solène pour ta confiance et cette lecture !.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
deuil
famille
enfance
psychologie
douleurs.

mercredi 14 juin 2017

"La chambre d'Hannah" de Stéphane Bellat


1992, Pierre Descarrières a 11 ans, son quotidien n'est pas des plus rose avec ses parents qui se déchirent constamment. Le jeune garçon passe alors la plupart de son temps dans sa chambre, s'imaginant avoir un frère ou une sœur pour lui tenir compagnie. 
1942, Hannah, 11 ans, également, vit recluse dans son petit appartement avec ses parents car elle est juive. Ces deux enfants n'ont rien en commun, vivent à 50 années d'écart et pourtant leurs routes vont se croiser et à deux, ils vont même réussir à changer une petite part d'Histoire...

Cette couverture, ce résumé... comment ne pas vouloir lire ce livre ? Avoir le roman de Stéphane Bellat entre les mains s'est déjà plongé un peu dans l'histoire de La Chambre d'Hannah et en se plongeant vraiment dans la lecture de celui-ci, c'est passer un moment de lecture déconnecté de tout le reste.

Nous sommes donc en plein cœur de Paris en 1992 dans le quotidien de Pierre 11 ans. Rapidement, on se rend compte que le garçon s'isole beaucoup dans sa chambre pour éviter les disputes continuelles entre ses parents. Il s'échappe grâce à son amitié avec Maxime. Et puis un jour, il découvre, d'une façon assez particulière, Hannah et surtout son histoire. Pierre décide alors d'agir pour elle, d'essayer de changer le passé pour tenter de la sauver elle et les siens...

"Pour beaucoup de gens, le passé ne veut rien dire. Ce n'est rien de plus qu'un tas de souvenirs inutiles, entassés au fond d'une vieille malle."

La Chambre d'Hannah est un roman avec une histoire originale, une histoire terriblement bien menée et surtout une histoire qui aborde une part de l'Histoire délicate et sombre, car à travers Pierre et sa "rencontre"" avec Hannah, nous replongeons dans les heures sombres de la Seconde Guerre mondiale. La façon dont est abordée cette rencontre entre les deux enfants pourraient faire douter au début, rendre sceptique presque, mais tout découle tellement naturellement au fil des pages que nous finissons presque par y croire.

Stéphane Bellat à travers Pierre, aborde une part d'Histoire à travers l'innocence et les yeux d'un enfant, qui ne laisse personne indifférent. Avec une écriture simple, douce, mais riche, l'auteur livre un roman qu'on lâche difficilement. Entre l'amitié qui naît entre Pierre et Hannah, la force de conviction du jeune garçon pour tout tenter pour changer cette petit part du passé et la curiosité de celui-ci pour tout connaître de l'histoire d'Hannah et des siens, mais également de cette époque difficile ; La Chambre d'Hannah est un roman qui amène le lecteur à se poser quelques questions, à vouloir tendre la main aussi à Hannah pour la sortir de là et qui surtout le touche aussi profondément.

La Chambre d'Hannah est un joli coup de cœur ! Je me suis attachée à Pierre, mais aussi ensuite à Hannah et Maxime, j'ai eu l'impression d'accompagner le garçon dans cette histoire qui ne nous parait finalement pas si impossible que cela, j'ai apprécié l'évolution de chacun des personnages, car en plus, d'Hannah, ils ont tous finalement sauvé une part d'eux-mêmes et surtout, j'ai vraiment beaucoup aimé avec quelle délicatesse Stéphane Bellat a réussi à aborder cette part sombre de notre Histoire.

Je ne peux que vous conseillez vivement de vous procurer ce livre ! La Chambre d'Hannah est un roman passionnant, poignant et émouvant qui se doit d'être lu et qui saura vous toucher j'en suis certaine.

"Seuls le présent et l'avenir comptent vraiment. Croyez en la vie et ne gâchez pas la vôtre, elle est trop importante pour cela. Allez jusqu'au bout de vos rêves et n'écoutez jamais ceux qui vous disent que c'est impossible. Accrochez-vous de toutes vos forces, ne laissez jamais vos rêves derrière vous et vous verrez que beaucoup de choses se réaliseront."

La Chambre d'Hannah de Stéphane Bellat est disponible chez l'Atelier Mosésu !

Merci à L'Atelier Mosésu.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
Histoire
enfance
innocence
passé
amitié.

"Butterfly Dreams" d'A. Meredith Walters


À vingt-cinq ans Corin a sa petite boutique de poterie qui marche bien, des amis avec qui elle s'entend très bien, mais a une peur phobique de mourir jeune. À cause de cela, elle est devenue hypocondriaque et est toujours persuadée que le moindre petit symptôme est synonyme de grave maladie. Cette fois-ci, elle est persuadée d'avoir un problème cardiaque et se décide à rejoindre un énième groupe de soutien. C'est le même groupe de soutien que Beckett, qui lui en revanche est vraiment malade. Après que son cœur se soit arrêté trois minutes un beau matin, sa vie en a été totalement chamboulée et il doit réussir à s'adapter à cela. Sans ce fameux groupe de soutien, Corin et Beckett ne se seraient surement jamais rencontré...

C'est la couverture et surtout ses papillons qui ont attiré mon attention sur Butterfly Dreams de A. Meredith Walters et qui m'ont décidé à vouloir le lire.

En faisant connaissance avec Corin, on se retrouve face à une jeune femme douce, mais complexée par sa tendance à être hypocondriaque. On cerne de suite son problème, son manque de confiance en elle-même parfois à cause de cela, mais on finit par s'attacher à elle. On finit oui, car au début, elle peut paraître très égocentrique, ne pensant qu'à elle-même, mais, notamment grâce à sa rencontre avec Beckett, elle va commencer à évoluer et à s'ouvrir un peu plus. Beckett quant à lui, est le personnage de cette histoire auquel on s'attache de suite grâce à son histoire, cette rage qui bouillonne en lui-même. Et surtout, il est quelqu'un de généreux, intègre et doux.

C'est une rencontre qui n'aurait jamais dû voir le jour finalement, une rencontre entre deux êtres qui sont, tous les deux, quelque peu malmenés par la vie. Chacun a ses fêlures, nous les découvrons au fil des pages avec l'alternance des points de vue, mais chacun ne pourra renier cette complicité qui s'installe entre eux. Ils vont s'ouvrir l'un à l'autre et oser peut-être avancer ensemble, mais rien n'est facile et rien n'est joué quand l'une est des plus pessimistes et que l'autre à une santé fragile.

""La peur n'est jamais une excuse pour rester terré dans son trou. On devrait tous se réveiller chaque matin en s'estimant chanceux de pouvoir jouir d'un jour de plus."

L'écriture de A. Meredith Walters est douce, intense et tendre. L'auteure réussit au fil des chapitres à faire passer beaucoup d'émotions, à nous faire sourire et surtout à nous toucher. On est touché aussi bien par l'histoire de Corin, que par celle de Beckett, mais aussi par les mots, les phrases qui animent tout cela. Butterfly Dreams aborde des sujets sensibles, mais le fait sans apitoyer le lecteur sur le sort de ses personnages et arrive même à apporter de la légèreté avec une pointe d'humour que nous retrouvons du début à la fin. Les derniers chapitres, quant à eux, sont véritablement bourrés d'émotions, difficile de ne pas être émus tant nous nous sommes attachés à Corin et Beckett.

À travers l'histoire de Corin et Beckett, de leur rencontre, Butterfly Dreams permet au lecteur de prendre conscience qu'il ne faut pas vivre chaque jour en se disant que c'est peut-être le dernier, en se disant que tout peut malheureusement s'arrêter trop tôt, mais au contraire de plutôt savourer chaque jour comme il vient sans forcément penser à demain... Une histoire d'amour qui fait sourire et qui se lit avec délice. N'hésitez pas !

"Arrêtez de voir la vie comme un compte à rebours. Considérez-la plutôt comme une odyssée. Ne soyez pas obnubilée par la fin du voyage. Profite de l'instant présent."

Butterfly Dreams de A. Meredith Walters est disponible aux Éditions Harlequin.

Merci à NetGalley & Harlequin.

5 mots en bref pour décrire ce livre :
maladie
rencontre
espoir
peur
(seconde) chance.

mardi 13 juin 2017

"Inhumanitas" de Marie-Béatrice Ledent


À sept ans, Henry est gravement malade et la seule chose qui pourrait le sauver est une greffe de moelle osseuse, malheureusement dans sa famille personne n'est compatible avec lui et le miracle serait donc de trouver un donneur. Ce donneur, un jour est trouvé, mais la situation est délicate, car il s'agit de Blake Nelson, un prisonnier dans le couloir de la mort dont il ne reste plus que quinze jours à vivre. Le père d'Henry, Eric Daniels qui est Agent Fédéral va alors tout mettre en œuvre pour essayer de réaliser l'impossible et faire en sorte que cette greffe ait lieu. Mais dans cette situation déjà délicate, bon nombre de choses vont se mettre en travers de leur chemin et Eric Daniel est vraiment prêt à tout...

J'avais déjà lu Marie-Béatrice Ledent avec son premier roman La douleur du silence, dont je vous parlais par ici. L'auteure, malgré le fait que je n'avais pas été totalement convaincue, m'a bien gentiment fait parvenir son deuxième roman Inhumanitas que j'ai donc lu.

Nous faisons donc la connaissance d'Henry ce petit garçon malade, de son père Eric Daniels et de leur famille. Ils ont chacun cet espoir de trouver un donneur pour sauver la vie du petit garçon, mais quand la solution est là à portée de main tout est si compliqué. La loi se met en travers de leur chemin, les secrets qui resurgissent du passé compliquant encore la solution et finalement Eric Daniels décide tout tenter pour qu'Henry puisse recevoir sa greffe.

L'histoire de base est bonne, originale même, et offre un roman qui touche le lecteur. Comment rester insensible face à ce courage dont fait preuve Eric Daniels ? Face à cette douleur de se sentir impuissant et bloqué par la justice ? On se pose bon nombre de questions, on accompagne vraiment les personnages dans cette épreuve et on éprouve aussi bon nombre de ressentiments face à Blake Nelson qui refuse de faire ce don si vital. Inhumanitas est un livre qui amène son lecteur à se demander s'il était capable d'agir de la même façon, si ce que fait Eric Daniels est condamnable ou non ou si encore la justice devrait être revue pour ce genre de situation particulière.

En revanche, et je suis bien obligée de l'admettre, j'ai toujours autant de mal avec l'écriture de Marie-Béatrice Ledent et ici pour plusieurs raisons. Déjà, les personnages, tout au long du roman cela a été une alternance pour qualifier ses personnages et notamment Eric Daniels de "Monsieur Daniels ceci... Eric Daniels cela... la femme de Monsieur Daniels", j'ai trouvé que cela mettait une vraie barrière avec le lecteur, une froideur presque et ça en devenait presque redondant. Autre point, les fautes d'orthographe ou d'inattention que j'ai trouvées trop nombreuse. Je veux bien admettre que parfois cela peut arriver, qu'une faute ou deux peut échapper à l'attention, mais qu'elles se cumulent tout au long du livre non là, j'ai vraiment du mal. Et dernière petite chose, les incohérences comme notamment les visites d'Eric avec Blake Nelson condamné dans le couloir de la mort.

Ce n'est que mon avis personnel, je le rappelle, ce que j'en retiens de ma propre lecture. L'histoire en elle-même a du potentiel, me plaît même, mais il y a trop d'éléments qui m'ont tout de même gêné dans ma lecture. J'ai vu de très bons retours sur le net à propos d'Inhumanitas, alors peut-être qu'il vous plaira à vous d'ailleurs ! Pour cela, il ne vous reste plus qu'à le lire pour vous faire votre propre idée.

Inhumanitas de Marie-Béatrice Ledent est disponible sur Amazon par ici !

5 mots en bref pour décrire ce livre :
maladie
famille
union
risques
secrets.

"Le Cercle des lecteurs Furet du Nord" : épisode 3


Il est temps d'un nouvel épisode de mes petites aventures en tant que membre du "Cercle des lecteurs Furet du Nord" !

Je vous avais parlé précédemment de mon premier retrait de livres, par ici, où j'avais donc eu deux premiers titres à lire. Ces deux titres, je les ai lus, alors autant vous dire que finalement, il y en a un que j'ai vraiment adoré (alors que le résumé ne me tentait pas), mais autant le second, j'ai eu beaucoup beaucoup de mal. Comme dit précédemment, ce sont deux titres sur lesquels personnellement, je ne me serais pas retournée en librairie, la surprise en a été d'autant plus grande pour le titre que j'ai apprécié ! Je dois même vous avouer que j'ai hâte de vous en parler, enfin... dans de longues semaines.

Après lecture de ses livres, c'est notre retour qui est attendu ! Ce retour qui permettra donc de mettre en avant certains romans lors de la Rentrée Littéraire, ou pas d'ailleurs, et qui pourront être affichés dans les Furet du Nord ou dans leur catalogue. Ce retour ne doit pas dépasser les 500 caractères ! Alors il faut être clair, concis et direct, moi qui aime pouvoir en parler autant que je veux l'exercice est plutôt périlleux, mais il a été réussi.

Il était temps ensuite d'aller récupérer deux autres titres dans mon magasin de référence, ce que j'ai fait hier. Deux nouveaux titres que je ne connaissais donc toujours pas et dont je ne sais pas ce qu'ils vont me réserver. Ils ont l'air très différent l'un de l'autre sur bien des points, et il y en a un qui ne comporte même pas de quatrième de couverture alors là se sera complètement le saut dans le vide !

Les deux nouveaux livres reçus :)



Je les lis la semaine prochaine ! Je reviendrais vous dire ce qu'il en est cette fois-ci... :)

lundi 12 juin 2017

C'est lundi ! Je lis ça, et vous ?


Pour bien débuter cette nouvelle semaine, le lundi est l'occasion de faire le point sur ses lectures ! Alors rien de bien compliqué, le principe est simple, on parle de sa lecture passée, de sa lecture en cours et de sa lecture à venir.

Je vous dis ce que je lis, et vous faites de même, ok ? :)

J'ai terminé
Le dernier saut de Jean-Louis Fiamenghi et Franck Hériot

Je suis en train de lire
Rendez-vous à Central Park de Sarah Morgan.

Je lirai ensuite
Des coeurs lents de Tassadit Imache.

samedi 10 juin 2017

La chronique de Lili #1


Un nouveau rendez-vous sur le blog 
que vous pourrez désormais retrouver une fois par mois ! 

Lili, en fait, c'est ma sœur, est aussi une grande lectrice et plus particulièrement de thrillers et polars. Je lui ai alors proposé d'avoir une petite chronique de temps en temps pour parler de livres, de ce qu'elle veut même ayant un rapport avec ceux-ci, chose qu'elle s'est empressée d'accepter. Vous aurez donc l'occasion dorénavant de retrouver "La chronique de Lili" et c'est elle qui parlera un coup littérature, bibliothèque, auteurs, salons et j'en passe... 


Je suis Lili, la soeur de Ladoryquilit, une grande fan de thrillers et polars, et encore plus des écrits des auteurs français. Après une proposition de LaDoryquilit de partager un petit retour de lecture de mon choix sur son blog, je me suis décidée pour les livres de Ghislain Gilberti. Cette "série" des trois livres dont je vais vous parler, suit les aventures de deux personnages principaux : Cécile Sanchez qui dirige la section principale de l'OCRVP et le commissaire Ange-Marie Barthélémy spécialiste de l'antiterrorisme. Ces livres ont été pour moi un énorme coup de cœur durant l'année 2016, j'espère qu'ils seront d'ailleurs suivis par d'autres plus tard. Il ne me restera plus qu'à faire dédicacer ces livres un jour, j'espère...


__________


Le festin du serpent

Cécile Sanchez a beau être jeune, sa réputation au sein de la police judiciaire n'a rien à envier aux plus grands. Sa nouvelle cible, un tueur qui éventre ses victimes est difficile à analyser : trop barbare pour un vulgaire psychopathe. Ange-Marie Barthélémy est membre de l'élite de l'antiterrorisme. Il pourchasse depuis des années un commando islamiste ultra violent semant la peur dans toute l'Europe. Deux affaires délicates et apparemment sans rapport qui vont pourtant s'entrecroiser. Et si chacun des deux enquêteurs possédait, sans le savoir, un morceau de la clef de cette énigme sanglante ?


Le baptême des ténèbres

Cécile Sanchez dirige la section spéciale de l'ORCP qui traque les criminels les plus déviants du pays. Elle se trouve confrontée à un tueur qui n'entre dans aucune des grilles de lecture des manuels de criminologie. L'esprit du criminel semble alors perdre le sens du réel, ne reconnaissant plus ses limites, ni les enjeux macabres qu'il s'était fixés.


Le bal des ardentes

Le commissaire Ange-Marie Barthélémy, spécialiste de l'antiterrorisme, est envoyé sur les lieux d'une explosion au cœur de la cité phocéenne. Plusieurs indices laissent à penser que cet attentat non revendiqué est lié à un trafic de drogue. Avec son équipe, il s'immerge alors dans le milieu du crime organisé marseillais. Un parcours sanglant qui en dit long sur un dangereux psychopathe.

__________

Cette plume est un bijou d'intelligence.
Criminels, règlements de comptes, mafia, cartel de la drogue, terrorisme, gangs, banlieue, tout se trouve dans ces trois livres si vous aimez la violence puissance dix. Je n'ai rien lu d'aussi dur que ces livres. Des traques horrifiantes, des chapitres efficaces qui défilent sans que nous voyions le temps passer tellement ses histoires sont "tordues". Mes émotions ont fait du yo-yo avec certains passages et on a aucun mal à imaginer ces livres en films grâce à toutes les descriptions si parfaitement décrites et imagées. Une équipe vraiment au top, des personnages attachants avec des caractères opposés. On plonge dans une profonde noirceur grâce à la plume addictive de Ghislain Gilberti qu'on n'oublie pas du jour au lendemain. À lire de toute urgence !

Le festin du serpent, Le Baptême des ténèbres et Le bal des ardentes sont disponibles aux Éditions Anne-Carrière; Le festin du serpent et Le bal des ardentes sont également disponibles aux Éditions Pocket.

Également disponible, le dernier roman de Ghislain Gilberti Dynamique du chaos aux Éditions Ring.

vendredi 9 juin 2017

"Derrière la porte fermée" de Céline Saint-Charle


Alors que Stéphane Beauchamp vient de coucher ses deux fillettes, une femme fait irruption chez lui et le ligote. Que veut-elle ? Pourquoi menace-t-elle la vie de ses filles ? Stéphane Beauchamp va être quelque peu malmené, mais sans imaginer un seul instant ce que cette femme veut réellement...

Derrière la porte fermée est une nouvelle. Une nouvelle courte, qui se lit rapidement, mais qui n'a rien à envier à certains romans.

En quelques phrases, quelques lignes, nous entrons directement dans l'histoire. Le décor est planté, le suspens s'insinue déjà entre les mots. On se range du côté de Stéphane, ne comprenant pas ce que cette si mystérieuse femme lui veut bien, on compatie presque avec cet homme de se retrouver dans cette situation. C'est malin, très très malin, parce que cette compassion que nous éprouvons pour lui, lorsque nous découvrons la chute de l'histoire nous fait presque halluciner.

Céline Saint-Charle avec cette nouvelle propose littéralement un mini thriller. Un mini thriller à l'histoire glauque, sombre et qui surprend énormément le lecteur lors de sa chute. En quelques paragraphes seulement, l'auteure réussit à faire en sorte que le suspens soit à son comble et que nous nous posons bon nombre de questions.

Derrière la porte fermée est digne d'un roman, tous les ingrédients y sont réunis pour que le lecteur le temps d'un petit moment de lecture se retrouve dans une histoire haletante et dans un dénouement qu'il n'aurait jamais vu venir.

Derrière la porte fermée de Céline Saint-Charle est disponible gratuitement chez Librinova, cliquez notamment par ici pour en profiter !